Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de martin.outmanns.over-blog.com
  • Le blog de martin.outmanns.over-blog.com
  • : Mon blog raconte essentiellement la pratique de mon sport, le cyclisme ou plutôt le cyclosport.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens

1 novembre 2013 5 01 /11 /novembre /2013 14:44

en-tete-la-corsa.png

 

Ce vendredi 01/11, je participe à ma première épreuve de masse… 4000 participants dans les rues de … Rome.

Et oui, je profite d’un city trip pour participer à la corsa dei santi, 10,5 km dans le centre de Rome. On part de la place St-Pierre, on va tourner autour du Colisée puis retour au Vatican. Les inscriptions étant clôturées avant que je n’aie reçu le go de ma moitié pour y participer ; c’est en free lance que je participe au 10,5 km. Enfin pas tout à fait, je me suis tout de même inscrit pour le parcours de 3 km, c’est la moindre des corrections surtout quand c’est pour une bonne œuvre.

Je vous passe les détails logistiques de lever aux aurores et de modification d’hôtel.

 

Me voici donc au départ de mon second jogging de l’intersaison. Deux fois plus court que le premier et 100% urbain. Mais quelle urbanisme !!! Je ne connais pas du tout la ville de Rome. J’y ai mis les pieds pour la première fois la veille au soir. Ca va être grandiose. Le lieu de départ à lui tout seul est déjà magnifique. On passera ensuite devant moultes églises mais je me souviendrais longtemps du passage dans la Rome antique, principalement la découverte du colisée.

Point de vue sportif, j’ai pas bien dormi les deux nuits précédentes, les jambes le sentent… Mais la performance m’importe peu. Je pars environ 2 minutes après les trois Kenyans qui trusteront les trois premières places… Il y a tellement de monde que je vais mettre 2 km à slalomer entre différentes chicanes mobiles. Je suis même obligé de marcher un peu lors des 500 premiers mètres. Après ces deux premiers km, ca commence à se décanter. Rome est la ville aux 7 collines, le parcours n’est donc pas tout plat, mais néanmoins sans grosse difficulté. Je ne suis plus habitué à courir dans une telle chaleur… il n’y a « que » 20°C mais je suis plus habitué à courir à 10°C. Ca va aussi un peu me gêner.

Malgré ca je termine en …… ce qui m’aurait classé au alentour de la ….. place. La moyenne de mon polar est de 14.4 km/h. C’est un nouveau record… Comme quoi mettre un dossard donne des ailes.

Repost 0
Published by moutmanns - dans Course à pied
commenter cet article
27 octobre 2013 7 27 /10 /octobre /2013 15:50

Ce week-end, j'ai enfin (re)mis un dosssard en CAP. De mémoire, j'avais jusqu'alors fait les crêtes de Spa et le joggind de Verviers. Mais c'était dans une autre vie... Je devais avoir 12 ans à Spa et au plus 14 ans lors de ma dernière course à pied à Verviers...

Quitte à remettre un dossard, je n'ai pas fait les choses à moitié, enfin si, j'ai choisi de participer au championnat de Belgique de semi marathon.

J'aurai du débuter au 20 km de Marche avec Benny mais étant finalement à Rome ce week-end là, on a opté pour Herve. Et oui, ce changement de discipline se fait également avec un changement de beau-frère. Benny remplace Ber...

 

Le parcours est assez compliqué, il n'y a pas beaucoup de plat. Je pars prudemment car je ne suis pas sur d'avoir la distance dans les jambes et en plus j'ai été gêné par une douleur sur l'extérieur du pied durant la semaine précédente. Je prend mon rythme de temps en temps avant de tirer le frein à main dès que je rattrape un petit groupe.

Je cours les 10 premiers km en 47'. J'ai une petite pensée pour Ber au 11 km, c'est enersol qui sponsorise le panneau. Les 10 km suivant sont aussi avalé en 47'.

La fin de parcours est assez compliquée, on remonte jusque Herve avec un pasage à plus de 7%. Puis c'est 3/4 de tour du stade avant de savourer ce nouveau record de distance en CAP.

 

Je termine 141ème en 1h38'46''. Je voulais descendre sous 1h50 et espérais moins de 1h40. Objectif atteint.

 

Repost 0
Published by moutmanns - dans Course à pied
commenter cet article
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 15:14

Ce mercredi, j'ai battu un de mes plus vieux record de distance... Non je n'ai pas fait plus de 330 km à vélo mais bien 16 km de CAP, le précédent record datait de mes 14 ans au jogging de Verviers... Ca fait bien longtemps.

 

 

 

 

16-km-running.jpg

Repost 0
Published by moutmanns - dans Entraînement
commenter cet article
29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 18:46
Ce dimanche 29/09, je participe à la dernière course de cette saison 2013.
 
Il était temps qu’elle se termine… je suis en route depuis le mois de mars… J’ai ressenti le « spleen » de fin de saison depuis le début du mois de septembre.
Malgré tout, je voulais la finir en beauté. Je me suis donc fait repêcher pour participer à cette dernière manche du challenge. Manche un peu particulière car tout le monde court ensemble. Certes, il y a une minute d’écart entre les catégories, mais au bout de 3 ou 4 tours tout le monde roule ensemble… En fait, les ECW roulent devant et les autres s’accrochent…
Lors des 12 premiers tours, un sprint intermédiaire est organisé, j’en remporterai 3…
La suite en vidéo :
         
Repost 0
Published by moutmanns - dans Challenge Bicyclic
commenter cet article
22 septembre 2013 7 22 /09 /septembre /2013 19:39
bilzen1
C’est ce dimanche 22 septembre 2013 que je suis devenu triathlète…
 
Le départ ayant lieu à 13h, ca me laisse le début de matinée pour tout préparer… Quelle logistique !!! C’est pas un sport pour les distraits… et j’en suis un grand. La première difficulté du jour est de ne rien oublié. Comme il y a trois disciplines, les risques ne sont pas multipliés par 3, mais presque. Heureusement, on trouve sur le net une multitude de check liste permettant d’être un peu plus serein lors de la préparation du matériel. J’arriverai tout de même à oublier un objet essentiel qui n’était pas sur la liste… mon portefeuille. Je perds 15 minutes pour aller le rechercher.
 
La météo annoncée comme une belle journée d’arrière saison est un peu plus capricieuse que prévu, heureusement le ciel se dégagera pour la course. Après avoir été retiré mon dossard, je vais reconnaître les lieux à vélo. Grâce à cet échauffement, je décide de déplacer la voiture et de la garer juste à côté du parc à vélo.
 
Le deuxième volet logistique commence : l’installation dans le parc à vélo. Je commence par trouver l’un ou l’autre point de repère afin de retrouver mon emplacement lors de la course. Ensuite je place le vélo et ma caisse avec mes chaussures, j’installe une vieille carpette de salle de bain fournie par Cécile afin d’augmenter un peu le confort lors de ma première transition. Note pour plus tard, trouver une avec des couleurs vives et un gros dessin pour faciliter le repérage de mon emplacement. Je dépose mon casque et sur mon prolongateur ainsi que mon porte dossard (merci Benny). Il est 12h40, je retourne à la voiture pour enfiler ma trifonction et ma combi.
 
Jusqu’à présent ma distraction ne m’a pas encore pénalisé mais les 5 minutes à venir vont être épique… Je pars vers l’aire de départ avec mes lunettes de vélo sur la tête… demi-tour pour prendre celle de natation, il reste encore 5 athlètes dans le parc à vélo…J’arrive dans l’air de départ et j’ai oublié mon bonnet de bain… demi-tour pour aller le rechercher à mon emplacement. Il y a encore 2 autres athlètes dans le parc à vélo. Je retourne au départ et catastrophe, je me rend compte que j’ai oublié de remettre ma puce de chronométrage. Je l’avais enlevée pour faciliter le passage de ma combinaison… Elle est sur le toit de la voiture… Demi-tour, cette fois-ci au pas de course. Il n’y a plus personne dans le parc à vélo et il est même fermé. J’escalade les barrières Nadar et fonce à la voiture… heureusement que je l’ai rapprochée. Retour au sprint dans l’aire de départ, personne n’est à l’eau. Il me reste le temps de fermer ma combinaison. Tout fini bien mais je me serais bien passé de ce stress et de ce sprint. Je suis en transe avant le premier effort. J’ai surtout loupé la moitié du briefing, j’ai tout de même entendu l’information principale, on fera 6 tours de vélo au lieu de 5 suite à des travaux.
 
Je découvre un nouveau monde… Je suis dans un troupeau d’homme grenouille, tous couvert de néoprène… je sens de nouvelles odeurs… Comme pour presque toute les premières fois, je suis à la fois impatient, stressé, curieux,…
Je suis dans les derniers à descendre à l’eau. L’eau est à 18°C mais je ne ressens pas d’impression de froid. J’ai une pensée pour Piet (l’ancien propriétaire de la combi).
 
Ca y est, le départ est donné. On m’avait prédit la guerre mais comme on est pas énormément au départ (un peu plus de 200) et comme on part dans l’eau, ca va encore. Certes, je prend quelques coups mais pas de catastrophe. Le plus dur est de trouver son rythme… Après trois mouvements consécutifs, je suis gêné par la présence d’autres concurrents, je dois nager la tête hors de l’eau et perdre ainsi à chaque fois un peu de temps. Avant de repartir et de de nouveau revenir sur eux. Je joue au yoyo. J’aurais mieux fait de me décaler et de prendre mon rythme. On passe sous le pont sur lequel on passera à 6 reprises en vélo. L’ombre de celui-ci complique notre progression, on y voit pas grand-chose… Ensuite c’est le demi-tour, on tourne autour de deux bouées. Là, la densité de nageurs augmentent et je suis obligé de freiner un peu… Le retour sera un peu plus ambigu… n’ayant pas entendu le breefing, je ne sais pas si le cap à suivre est la bouée ou l’escalier… Autrement la parcours forme-t-il un rectangle ou un triangle. La majorité des gars on l’air d’aller directement vers la sortie. Je les suis… à tort car à mi distance, on rectifie la trajectoire pour aller contourner la bouée. Lors de ce retour, je commence à trouver le temps long… je me dis que sur un 1500 ca doit être plus compliqué et  interminable sur un 3800m.
 
J’arrive enfin à l’échelle de sortie, Je me classe 107ème en 18’23’’. Le temps est proche de mes temps en piscine. Place à ma toute première transition nage-vélo. En me rendant à mon emplacement, j’enlève le haut de ma combi, mes lunettes et mon bonnet. C’est ensuite que comme prévu, cela se corse. Après une légère hésitation je trouve mon emplacement (vive la carpette de salle de bain kitch avec des couleurs vives). J’ai du mal à faire passer les jambes sur mes mollets. Heureusement, je savais que ca risquait d’arriver, je me dis : « calme, ca sert à rien de s’énerver, juste à perdre l’influx dont j’aurais encore bien besoin… ». Ca y est je suis sorti de cette combi… Je sèche en vitesse mes jambes et j’attaque l’enfilage des chaussettes… C’est pas une mince affaire, déjà après un entraînement en piscine c’est pas évident, mais la en course avec la trifonction qui suinte, c’est pas évident. Ensuite je m’occupe des extrémités…chaussures et casque et je pars en courant jusqu’à la sortie du parc à vélo. J’ai oublié (encore…) mon dossard. Mais comme j’étais bien préparé… Je l’avais déposé sur mon guidon. Je fixe la ceinture juste avant de sortir du parc. L’enfourchement de ma bécane est lui aussi encore à travailler…
 
Me voici donc parti pour 100 km composé de 6 tours. On fait un aller-retour sur le chemin de halage le long du canal. Avec pour seul dénivelé la montée sur les ponts pour passer d’un côté à l’autre. Lors du premier tour je serais dépassé par deux gars. Je décide de me mettre à leur rythme. Je reste une dizaine de mettre derrière car le drafting n’est pas autorisé. Le fait de les avoir en point de mire est déjà un bel avantage. A l’entame du second tour, je constate que je suis à 160 puls, je me dis que c’est pas raisonnable, je décide de me caler à 155 puls. Quelques instants plus tard, je suis doublé par un … peloton d’au moins 8 concurrents… J’hésite à suivre… dans un premier temps j’augmente l’allure pour ne pas être distancé, j’observe l’attitude des autres. La plupart des gars se callent dans les roues… Je décide de ne pas être plus catholique que le pape, je pousse un coup pour moi aussi profiter de l’aspiration. Je me renseigne au près d’un des rares francophones pour savoir si c’est une pratique courante… On me dit, fait comme tout le monde, tant qu’il n’y a pas de commissaire.
C’est un peu dommage, que ma première se soit passé comme ca…Je pense que la majorité des gars ont quelques choses a se reprocher… Heureusement, un commissaire viendrait mettre un peu d’ordre mais ce ne durera qu’un certain temps. L’organisateur publiera dans son compte rendu son indignation vis-à-vis de ce comportement. A notre décharge, le parcours sur le chemin de halage et des passages étroits sur des pistes cyclables ne permettaient des dégagements suffisant et favorisait la formation de peloton. Grâce à la physionomie du parcours, j’ai pu apercevoir un énorme peloton sur l’autre berge du canal… Je pensa que cette « tricherie » m’aura fait gagner un peu de temps mais surtout pas mal d’énergie… Au final, je me classe 71ème en 2h24’14’’ . Je m’attendais à un meilleur classement… mais cette formule de triathlon favorisant les cyclistes fait qu’au départ j’étais loin d’être le seul spécialiste…
 
Place à la transition vélo – CAP, déjà testée à Saint-Léger. C’est la plus facile, elle ne posera pas de problème. C’est plutôt le début de la CAP qui pose problème. La sortie du parc à vélo se fait par la grand route sur un léger faux plat montant. Ca fait mal aux jambes… et au moral, car je vois passer des gars à un rythme qu’il met impossible de tenir, même 100m… Dans ces cas là, il n’y a qu’une chose à faire : prendre l’intensité maximale sub-crampe.
Au sommet, je suis encouragé par mon père et Benachou…Ca me remotive, encore merci à eux de s’être déplacé jusque là. Ca sera un adjuvant supplémentaire les 3 fois que je passerai devant eux et une présence bien sympathique à l’arrivée.
Les 10 km de Cap consiste à faire 3 fois et demi un tour de 2.9 km. Je vous ai déjà parler du faux plat pour sortir du parc à vélo, ensuite on court sur le plat, hormis une petite cuvette juste après le passage sur la ligne. C’est rien du tout mais lors du dernier tour, le changement de rythme engendré par ce passage va déclencher quelques crampes… Ensuite on rentre dans une partie en sentier qui nous amène sur la descente (courte mais raide), on termine par un aller retour le long du canal.
Les deux premiers tours sont compliqués, lors du troisième, je suis doublé par la tête de course, ca me permet de mesurer les progrès que je dois faire en Cap… Ce n’est qu’après 8 km que je vais enfin pouvoir augmenter un peu l’allure, je commence à sentir l’arrivée… Je me classe 70ème en 47’02’’ de la Cap. C’est quasiment la même place qu’en vélo, je ne m’attendais pas à faire si « bien ».
 
Ca y est, je suis maintenant triathlète… Je termine mon premier tri 63ème en 3h29’40’’. L’objectif était sous les 4h, il est plus qu’atteint… Je suis un surpris que mes 107ème, 71ème et 70ème position me permettent d’être 63ème mais ca confirme que je ne suis ni bon ni mauvais dans les trois disciplines.
 
Je crois que l’année prochaine sera une année mixte vélo et triathlon.
Repost 0
Published by moutmanns - dans Triathlon
commenter cet article
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 11:39

 

Ce mois de septembre ce blog fête son 5000ème visiteur et on devrait aussi fêter les 13 000 pages vues.

 

 

Merci de votre fidélité et bonne fin de saison à tous.

Repost 0
Published by moutmanns
commenter cet article
15 septembre 2013 7 15 /09 /septembre /2013 21:25

Et oui, j'ai pris l'habitude de m'en prendre une par saison... la fin de celle ci aprochant à grand pas, je pensais pouvoir éviter de gouter au bitume cette année.

 

Pas de bol, lors de mon dernier entrainement tri, j'ai glissé sur une limace avec les mains en haut du prolongateur, ce fut impossible de redresser...

 

On voit sur les courbes polar ci-dessous que je passe de 27 km/h à 0 en 5 secondes et que je fais plus 20 puls. A noter que les puls augmentent déjà avant la chute. je savais que je ne saurai l'éviter...

 

Heureusement je suis tombé dans l herbe, je m'en sors avec un énorme hématome et un pouce retourné. Bilzen n'est pas compromis.

 

gamelle-2013.jpg

Repost 0
Published by moutmanns - dans Insolite
commenter cet article
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 19:28

PMX_DSC9242.jpgCe dimanche 1/09/2013 va probablement marquer un tournant dans ma vie de sportif… et donc peut-être aussi dans la vie de mon blog (je vais créer deux nouvelles catégories (duathlon et triathlon). C’est en effet le jour de mon première participation à une épreuve combinée : le duathlon de Saint Léger. Il aura du s’agir d’un triathlon mais des cyanobactéries présentent en masse dans le lac de Conchibois rendent la baignade interdite… Petite pensée pour Benny qui avait vu son entrée dans la discipline aussi contrariée (t° de l’eau trop froide à l’eau d’heure).

Un merci aussi à François (un membre de l’organisation) pour toutes les infos qu’il m’a transmise durant la semaine précédent l’événement. J’étais un peu stressé par le fait d’arriver en retard, surtout lorsque j’ai appris que le départ de la Charly Gaul avait lieu à 10h15…

 

Commençant une nouvelle discipline, j’avais tenté de trouver quelques conseils sur le net. Trois d’entre eux reviennent quasiment sur chaque site :

-          arriver au moins une heure à l’avance

-          arriver reposé

-          ne tester pas de matos le jour de l’épreuve…

 

Les circonstances font que je vais négliger les trois… Les deux premiers suite à ma participation à la Charly Gaul le matin (j’arriverai une grosse demi-heure à l’avance avec des jambes crampues (mon jump inutile de la fin de course du matin a laissé des traces). En ce qui concerne le matos, j’inaugure ma trifonction et mes lacets élastiques… Je suis surtout au départ pour faire une répétition générale avant mon dernier objectif de la saison au 111 de Bilzen.

 

En rentrant d’Echternach, je suis repassé par la maison pour changer de vélo, j’ai « tunné » mon look pour avoir une position de triathlète dessus. Mais j’ai surtout emporté mon club de supporter, ce genre de manifestation est assez conviviale et comme on passe à plusieurs reprises au même endroit, ca permet à la famille de m’encourager à plusieurs reprises.

 

PMX_DSC9253.jpg

 

On est une petite centaine au départ. Je suis assez mal placé, ca a aussi son importance en cap (course à pied) (nouveau sport, nouvelle abréviation aussi…). Je remonte lentement mais surement. En courant ces 3 premiers km, je ne ressens presqu’aucune douleur des efforts du matin, c’est bon signe. Après le premier tour du lac, je comprends tout de suite que je vais avoir beaucoup de boulot cet hiver pour progresser en cap, les meilleurs sont déjà loin devant… Je découvre la grande boucle (mi asphalte et mi chemin, ca me convient).

 

J’arrive au parc à vélo au alentour de la 30ème place. Cette transition ne se passe pas trop mal, hormis deux points à améliorer :

-          la mémorisation du parc avant la course (j’ai été trop loin et j’ai perdu quelques secondes pour retrouver mon vélo)

-     la montée sur le vélo où je devrais tenter de sauter dessus plutôt que de m’arrêter avant de l’enfourcher.

 

PMX DSC9394La sortie du parc à vélo est en légère montée (forcément on est le long d’un lac…), je sens tout de suite que les crampes du matin ne sont pas qu’un mauvais souvenir… Je râle, je me dis que c’est dans cette partie que je dois être le meilleur mais ca va être compliqué. Je décide de tout de même pousser un maximum sans toutefois me faire exploser les deux ischios… Malgré mes douleurs, j’entame une belle remontée. C’est grisant de doubler, voir d’enrhumer, pas mal de monde…

Le parcours est assez compliqué, il s’agit de faire deux allers-retours de 5 km sur la route qui va vers Mussy. C’est un enchaînement de petites bosses, on dirait des montagnes russes. Le fait de faire demi-tour permet de compter sa position dans la course. Je remonte jusqu’en 6ème position.

 

Je reviens au parc à vélo, je suis étonné de le voir si vide… c’est plutôt bon signe. J’ai énormément de mal à me plier pour changer de chaussures, je suis perclus de crampes… Les réjouissances commencent… J’oublie d’enlever mon casque (lol), encore quelques secondes de perdues.

 

PMX_DSC9491.jpg PMX_DSC9557.jpg

 

 

Je suis parti pour 3 tours du lac et 2 grandes boucles. Je trouve assez vite l’allure maximale subcrampe de course à pied… C’est la première fois mais à mon avis pas la dernière… Je pense à ce moment là que je vais me faire doubler par tout les gars que j’ai dépassé en vélo… Ca va me foutre un coup au moral. Je dis au premier qui me dépasse : « je fais moins le malin sans mon vélo… ». Le deuxième à me passer avionne… il va falloir beaucoup travailler cet hiver. Je serais encore doubler par deux autres concurrents. Je termine donc en 1h15 à la dixième place, je ne m’attendais pas du tout à un tel résultat, surtout après avoir couru la Gaul le matin.

 

 

 

Me voici maintenant duathlète.

Repost 0
Published by moutmanns - dans Duathlon
commenter cet article
24 août 2013 6 24 /08 /août /2013 16:18
2013-09-02_071721.pngMalgré que ce soit la cyclosportive la plus proche de la maison, je n’en suis qu’à ma troisième participation à la vélomédiane. La première, j’avais été trop présomptueux et j’avais souffert de crampes après les Haussires. La deuxième, j’avais du renoncer au pied de Beffe en raison d’un bris de chaîne.
 
Je retrouve le cow-boy et le klein sur la ligne de départ. Il y a toujours autant d’ambiance sur cette cyclo, sono, corps de chasse, concert sur le parcours et ambiance tour de France à chaque passage à Bastogne. Je monte la côte de Beaussaint à un bon rythme tout en veillant à ne pas mettre trop dans le rouge. Lors de la deuxième boucle je roule quelques km dans la roue d’un cuissard qui me semble familier, mais sans arriver à le cibler… En fait, il s’agit de Luc W. un coéquipier de Jean-Luc M. que je croise avec beaucoup de plaisir quelques fois par saison. Je ne m’en rendrais compte que lorsque nous serons arrêtés par la police dans le centre de La Roche. Cette pause forcée pour fluidifier la circulation dans la ville favorisera le retour de J-L. Mais pas le temps de papoter car on attaque directement la côte la plus dur de Belgique : le col des Haussires. Ensuite j’accroche un bon groupe pour monter vers Samrée, ca roule un peu vite pour un gars qui sort de 2 mois d’endurance pure, mais on ne me refera pas… Je m’accroche. Evidemment, dans le dernier faux plat avant la longue descente vers la roche à Frêne, je ressens un début de crampe… Je vide mes réserves d’eau pour tenter d’améliorer quelque peu la situation.
 
2013-09-02_071823.png 
 
La remise en route dans cette côte de la roche à Frêne est assez pénible, je ne parle plus d’un début de crampes, mais bien de belles crampes comme je n’en ai plus eues depuis longtemps. Mais comme je suis coutumier du fait, j’adapte ma vitesse pour continuer à avancer le plus vite possible sans trop souffrir. A chaque sommet de côte, je poursuis mon effort un peu plus longtemps pour boucher le trou qui s’est creusé à cause de mes crampes. Ca me permet de rester au contact de mon groupe jusqu’au ravito.
J’attendais avec impatience le moment où j’allais pouvoir faire le plein afin de tenter de finir sans être perclus de crampe… Mais au moment de mettre mon bidon sous la réserve de produit énergétique, un énergumène me dépasse… C’est Jean-Luc qui rattrape le temps perdu sur le vélo au ravito… lol.
Je finirais en sa compagnie, même si j’ai perdu quelques longueurs dans la côte de Beffe.
Au final, je termine 270ème (c’était un gros niveau) en 5h25 avec une moyenne de 31.5 km/h.
    
 
 
 
 
Repost 0
Published by moutmanns - dans Cyclosportive
commenter cet article
20 août 2013 2 20 /08 /août /2013 13:39

Ce week-end sera assez chargé :

 

Samedi :

 

La vélomédiane 170 km et 3300 m de déni

 

logo-velomediane.png

 

Dimanche :

 

La ch'ti bike tour 140 km et un peu plus de 1000 m de déni.

 

logo-chti.png

Repost 0
Published by moutmanns - dans Cyclosportive
commenter cet article