Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de martin.outmanns.over-blog.com
  • Le blog de martin.outmanns.over-blog.com
  • : Mon blog raconte essentiellement la pratique de mon sport, le cyclisme ou plutôt le cyclosport.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens

17 mai 2015 7 17 /05 /mai /2015 20:15

Ce dimanche avant d’aller à la communion chez B, je me suis rendu à l’allure libre d’Habay-la-neuve.

L’idée était de travailler l’enchaînement vélo-CAP. Je suis donc parti en vélo en faisant un petit crochet par la fôret d’Anlier, histoire d’avoir 1h30 dans les pattes et un peu de dénivellé avant.

Hormis mes deux participations au semi des 2 Luxembourg, il s’agit de ma première sur une allure libre officiel. Pas de problème de parking… Je trouve un poteau pour y cadenasser mon Look 585 (j’ai préféré opter pour le mulet, le vieux casque, bref tout du matos qui en cas de disparition ne sera pas vécu comme un drame mondial, même si j’y tiens tout de même beaucoup).

Je ne me suis pas renseigné sur le parcours, mais il s’agit en fait d’un tour du lac, partie du circuit que l’on parcoure lors du trail de Nobressart.

S’agissant de ma première, je suis décidé à courir à fond du début à la fin… En ce qui concerne le résultat, un top 10 me ferait plaisir, mais je repère quelques avions de chasse au départ. On verra à l’arrivée.

Je me place avec LT à l’avant-garde du peloton. C’est parti pour 10km à bloc. Tout le monde part ensemble, il est dès lors assez délicat de se positionner dans la course. Le premier km nous fait descendre jusqu’au lac, j’allonge la foulée et soigne mes trajectoires, ensuite on est parti pour 8 km relativement plat. Au bout du 3ème km, à la bifurcation entre les deux parcours, je me retrouve déjà tout seul. J’aperçois juste de temps en temps le mec qui me précède. Je maintiens l’allure au alentour de 3’50’’. Je ne veux pas savoir où en est le cœur, je fais bien il est stable à 170 puls, on est bien au dessus de mon seuil. je le sens d’ailleurs que ca va être compliqué de maintenir l’allure. Compliqué, mais pas impossible.

A la sortie du lac, j’aperçois quelques gars à quelques foulées de moi, puis assez rapidement, j’en sens un revenir sur mes talons. Un spectateur, nous informe que nous sommes 5 et 6 ème. Le peu de temps entre le 5 et le 6 me confirme qu’il est bien revenu. L’annonce de cette 5ème place me motive à le rester. On arrive au pied d’un sentier avec des marches pour nous ramener à hauteur de l’Eglise. Je décide de forcer pour le décramponner, j’y parviens mais je suis en surrégime, pas loin de l’explosion… Le temps que je retrouve mon second souffle, il est déjà revenu. Mais après quelques foulées en mode récupération, je repars de plus belle et accroche la 5ème place.

Je rentrerai ensuite en mode cyclo afin de commencer ma récupération et tout ca en prélude à une belle fête avec les B.

Allure libre Habay-La-Neuve
Allure libre Habay-La-Neuve
Repost 0
Published by moutmanns - dans Course à pied
commenter cet article
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 23:50

 cdits-flyer.jpg

Ce vendredi soir, j’épingle mon premier dossard de l’année au TNT (trail night trévires) à Virton.

 

Un dos bloqué m’avait empêché d’y participer l’année passée. Mais cette année je suis bien au départ de la version longue (30km). Je ne suis absolument pas dans un état de forme me permettant de réaliser une bonne performance, mais je suis là afin de bruler un maximum de calories. Et oui, les mois de novembre et décembre m’ont à nouveau servis à faire des kilos sans les mètres derrière…

 

Ca va être le baptême de feu de mes Salomon Speedcross. Lors de mes premiers trails, j’avais couru avec mes running classique sans soucis, sauf lors du trail des étoiles à Burdinne, lui aussi disputé dans des conditions dantesque. Ce jour là, j’ai décidé de m’équiper de chaussures de trail.

 

Il fait un temps à rester bien au chaud, mais nous sommes tout de même plus de 200 au départ de la version longue. Je pars sur un mode mineur en tirant le frein à main afin de ne pas me griller. Je me cale dans des foulées plus qu’à ma main. C’est mon second trail nocturne, j’avoue qu’il y a un petit goût d’aventure qui me plait, mais étant un amoureux des paysages, je continue à préférer les épreuves de jour sous le soleil…

 

Au alentour de la mi-course, je prend un billet de pare-terre. Mon pied droit s’est dérobé m’obligeant à faire un cumulet… Je suis encore plus dégelasses qu’avant mais je m’en sort sans bobos.

 

Au 20ème km, je décide de lâcher un peu plus les chevaux, je remonte quelques concurrents surtout dans la dernière bosse où je suis l’un des seuls à courir jusquà 100 m du sommet où je commence moi aussi à marcher.

 

Au final, je me classe 35ème en 2h50 (2ème tranche tout de même), c’est pas trop mal, on est en janvier.

 

Ci-dessous la répartition par 1/10 des écarts entre le premier et le dernier ainsi que mon relevé garmin (les mesures prises par l’oscillomètre dans le capteur cardiaque son foireuse sur les 10 derniers km (la ceinture pectorale étant descendue sur les abdos…).etendue-trail-trevires.jpg

Trail-trevire-garmin.jpg

Repost 0
Published by moutmanns - dans Course à pied
commenter cet article
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 18:28

10553706_852626128110508_6103826375491973158_o--3-.jpg

 

Ce dimanche, je suis à nouveau à Marche... Non pas pour aller bosser, mais pour participer au 20 km. C'est les nutons qui nous sponsorise... Je cours donc au couleur de Come a Casa...

 

etendue Marche

 

Je termine 29ème en 1h23' et ce malgré une toute soirée la veille chez Fab.

 

 Capture-20-km-marche.PNG

Repost 0
Published by moutmanns - dans Course à pied
commenter cet article
28 septembre 2014 7 28 /09 /septembre /2014 21:45

Capture-d-ecran-2014-10-08-a-11.46.00.pngCe dimanche matin, je me suis improvisé une espèce de duathlon… J’avais envie d’aller péter un temps sur semi au tec tonic, annoncé comme ultra rapide et pour cause, l’inscription à lieu au dépôt tec de Grivegnée, puis on nous conduit à Herve. Il n’y quasiment que du dénivelé négatif. Mais chez moi le dimanche matin est réservé au vélo. Du coup je m’y suis rendu à vélo… Pas au départ d’Arlon mais de Wegnez, on y logeait suite à la première d’Elisa à l’opéra. Puis retour à Theux en mode récup, avec une petite pause suite  à une crevaison, merci Fab pour tes roues à pneus usés (on avait échanger nos roues, ce qui m’a permis de tester la paire d’entrée de gamme de chez Shinano (rs10) histoire de voir la différence entre une paire de roue à 100€ et mes différentes paires. Conclusion : vive les bora).

 

Place au semi, je vous passe les détails logistiques de cadenas, de gardiennage de mon sac à dos, de voyage en bus, du petit quart d’heure de retard au démarrage… 

 Capture-d-ecran-2014-10-08-a-11.49.01.png

Je suis en seconde ligne pour le départ, de quoi voir le futur vainqueur (un Kényan) s’envoler. On emprunte une première fois la ligne 38 avant un petit tour dans le zoning de Battice, on passe devant chez Enersol, la boite de Bernard. Je me cale dans la foulée de gars qui parle de descendre sous 1h30, comme c’est aussi mon objectif, je pense être bien positionné. Après à peine 4 km, alors que je suis bien calé dans la foulée d’un gars, mon lacet gauche me trahi… Ca s’appelle un manque d’expérience. Je suis plus ennuyé par le fait de ne plus être dans la foulée que par les quelques secondes de perdues. Je décide d’essayer de rentrer mais pas trop vite. Je vais mettre 3 ou 4 km pour revenir mais je finis par rentrer. On court à 3, toujours dans la foulée du même gars, on est légèrement sous les 4 min/km. Je tiens le rythme jusqu’au km 16, il accélère légèrement tandis que moi, j’explose, tout du moins c’est l’impression que j’en ai. Heureusement on est à Fléron et les 5 derniers km sont les plus pentus (- 20 à – 25 m / km), malgré la descente je perds 10’ au km.

 

Je termine en mode mineur à une très honorable 15 ème place en 1h22’32’’, record pulvérisé, il datait de fin juin à la Xhorisienne en un peu plus d’une 30.

Capture-d-ecran-2014-10-08-a-10.54.49.png

Repost 0
Published by moutmanns - dans Course à pied
commenter cet article
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 18:44

Ce week-end est assez chargé en épreuve de CAP dans le sud Luxembourg. J’avais pointé 4 épreuves :

-       le trail des fées à Bertrix

-       les 20 km de Bastogne

-       L’allure libre du dimanche matin

-       Les Torgnnycotantes

Ma préférence fut pour le dernier cité car je trouvais les 32 km de Bertrix un peu trop ambitieux à cette période. Je pensais n’en faire que 27 à Torgny, mais c’était bel et bien 30 km…

 affiche-Torgny.png

La météo est très clémente en cette fin septembre, on retrouve l’été qui nous avait oublié au mois d’août. Il fait même chaud, j’ai donc bien rempli mon camelback.

Le départ est donné avec un bon ¼ d’heure de retard suite entre autre au discours de madame la bourgemestre, vu son joli sourire, elle est pardonnée.

 

Nous voici donc parti pour 30 km… On attaque directement une bosse pour sortir de Torgny.  Heureusement, on fait un crochet pour traverser les vignes, ca nous permet surtout de respirer un peu avant de finir la bosse.

J’ai toujours la tête de course en visuel, 1,2,3,4,5ème je suis 5èmeca m’étonne et me fait dire que je suis sans doute parti un peu vite… 2 gars me passent, c’est con mais ca me rassure. Il faut dire que je pars un peu dans l’inconnu. C’est seulement la deuxième fois que je passe la barre des 25 km et la première remonte au début de saison à Spa-Theux-Olne. Mes entrainements en cap hormis le mercredi avant n’ont pas dépassé les 12 ou 13 km…

Je me cale dans la foulée de ces deux concurrents, je songe même à les laisser filer mais comme on a le vent de face, mes réflexes de cyclo me poussent à accrocher.

Ils ont l’air d’être des habités, il parle même encore. Sur le plat dans Lamorteau j’en laisse filer un des deux, ca sera de courte durée car il se met à marcher dans le mur qui suit… Pour ma part je poursuis en courant jusqu’à 20 m du sommet où je me force à mon tour à marcher un peu. Je redémarre avant lui, je suis à nouveau 5ème. Sur le long faut plat qui suit, je rattrape la casaque jaune qui me précédait, je suis 4ème mais seul. Les bois sont assez boueux suite un gros orage la veille (il y en aura encore un bien plus terrible le soir même nous poussant à quitter Clairefontaine (montée le soir)). Ca rend le terrain assez gras et glissant, je ma payerais d’ailleurs ma première gamelle en CAP… Heureusement sans gravité.

Je poursuis le parcours en profitant de la beauté des paysages et de la quiétude des bois. Je bois régulièrement et contrôle mon temps au km grâce à ma fénix 2 qui est enfin irréprochable. Je cours sur les parties plates en un peu moins de 5’/km ce qui était le target.

Un peu avant le km 15, Je profite du pied d’une grosse côte et de ma solitude pour uriner tout en marchant… On fur et à mesure que je gravis cette difficulté, j’aperçois le concurrent qui me précède accompagné d’un VTT. Le vététiste me dit c’est Youri L. je pense avoir déjà vu son nom dans des classements de triathlon à des places qui me sont encore inateignable. Le VTT suit en fait le 3ème, j’hérite ainsi d’une belle mère (un beau-père dans ce cas ci) pour la fin de course.  Je le remercie ici pour ses encouragements, les informations concernant les écarts entre le 2ème et le 4ème, ses informations sur la suite du parcours.

Sachant que la 3ème place était déjà inespérée, et sachant que les écarts sont considérables environ 5’ entre mon prédécesseur et mon premier poursuivant, je décide de poursuivre sur le même rythme sur les 15 derniers km. Je souffre un peu à la sortie de Grandcourt, il faut dire que l’on reprend une bonne partie du dénivelé descendu en quelques hectomètres. Je me force une seconde fois à marcher environ 50m.

 

Je commence à trouver le temps long, j’attend impatiamment la vibration de ma montre afin de m’informer qu’un km supplémentaire à été parcouru… Je me fixe des objectifs partiels, surtout celui du dernier ravito, là où je vais retrouver la compagnie des gars du 15 km parti une heure plus tard.

Au ravito les J&B résonnent dans la forêt afin de nous encourager. Je marche quelques mètres afin de me ravitailler, le camelback est quasiment vide.

Du km 25 au 28, je vais vraiment devoir me faire violence pour garder un bon rythme. La dernière bosse est vraiment casse patte, je la monte en alternant CAP et marche, mais ce coup-ci, je me force à courir… Les 2 derniers km sont en descente, pas facile mais ca me permet de savourer ce premier podium en trail. Soyons honnête, il est en grande partie du à la richesse d’événement ce week-end, les pls costauds que moi étaient donc répartis sur les différentes épreuves du week-end. De toute manière, je n’aurai pas l’occasion de monter dessus, car je file sur Arlon pour conduire Colin à son second match de foot, avant d’aller fêter ca à la montée.

 

Ci dessous, les traditionnels graphiques, on constate que malgré une troisième place, je suis tout de même dans la deuxième tranche au temps.

 

Etendue-Torgny.pnggarmin-torgny.png

Repost 0
Published by moutmanns - dans Course à pied
commenter cet article
18 juillet 2014 5 18 /07 /juillet /2014 22:04

Capture-run-and-bike-marbehan.PNG

 

Ce vendredi, je participe à mon premier run and bike… Mais seul. J’avais vu dans le calendrier des allures libres qu’il y avait une épreuve hors challenge ce vendredi. J’ai appris trop tard qu’il s’agissait d’une épreuve par équipe. Au moins j’aurai refait une distance plus longue. Pas facile de voir les autres se relayer, je serai moi aussi bien monté sur un vélo quelques km.

Capture-run-and-bike-marbehan2.PNG

Je n’ai pas trouvé de classement de l’épreuve individuelle sur le net mais d’après ce que l’on m’a dit : a gagné… Il faut dire que les plus fort s’alignait sur l’épreuve par équipe.

Capture-run-bike-marbehan.PNG

Repost 0
Published by moutmanns - dans Course à pied
commenter cet article
29 juin 2014 7 29 /06 /juin /2014 15:10
Ce week-end, c’est assez rare que pour être signalé, est un WE sans vélo…Etant à une semaine de Gravelines, j’ai préféré aller nager 3km à Rodange et courir un semi à Xhoris.
3km de natation, c’est vraiment long… 1h02 pour moi. Je souhaite refaire encore une fois la distance avant mercredi, histoire de récupérer totalement avant dimanche.
Ensuite, retour à Liège pour la gazetta et conduire les enfants en villégiature, pour eux, c’est le début des vacances. J’avais hésité entre la sortie GCV et le semi de Xhoris. J’ai opté pour la seconde option afin de refaire la distance avant Gravelines. Le parcours est majoritairement dans les bois, il s’agit plus d’un trail que d’un semi.
On est pas bien nombreux au départ, une centaine sur le semi. Dommage car les paysages du parcours valent la peine d’être vu. La pluie de ces derniers jous a rendu les chemin assez boueux. On devra même courir à travers les bois et dans un champ afin d’éviter de s’embourber. Parcours-la-Xhorisienne.PNG
Je suis au départ afin de faire mon dernier gros entraînement avant mon premier semi… triathlon de la semaine prochaine. Je suis un peu surpris par le starter qui nous lâche sans sommation. On part tous ensemble (les trois distances), ca fait un peu plus épreuves de masses. Les 2 premiers km se courent sur le bitume, avant de rentrer sur des petits chemins à travers bois et champs.
La bifurcation entre le parcours de 10 km et le semi a lieu au 5ème km (au premier ravito). J’ai décidé avant le départ de ne pas prendre d’eau avec moi, je m’oblige donc à m’arrêter à chaque ravito afin d’afoner deux gobelets avant de repartir seul, j’ai tout de même deux gars en point de mire. Je rattrape le premier assez vite, ensuite on passe devant St-Roch (pas Theux comme à Spa-Olne mais Ferrière). Ensuite je perds l’autre de vue car nous revenons sur le parcours du 10km. Je slalom entre les concurrents. Ca me fait penser à mes débuts de parcours vélo en triathlon où je récupère une partie du temps perdu en natation.
A la seconde bifurcation, je retrouve le même écart avec le concurrent qui me précède. On arrive à la barre des 10 – 12 km, beaucoup de joggeurs sont calibrés sur cette distance et faiblissent au-delà. C’est le cas des deux gars qui me précèdent, je les rattrape et continuant sur le même rythme, je les dépose…
Un peu avant le dernier ravito, je reviens sur un autre concurrent, l’écart s’amenuise dans les descentes et surtout dans les parties montantes, mais il se creuse à nouveau sur le plat. Au ravito, on nous informe que nous sommes 6 et 7ème … Je n’en reviens pas…A moins d’une grosse craquante (que j’aurais déjà senti venir si elle avait du se produire) je vais faire un premier top 10 en CAP. Dans la bosse à la sortie du ravito, je me cale dans l’allure. Au sommet, il ralentit, je passe et continue sur le même rythme. On a le 5ème en point de mire… je me dis pourquoi pas un top 5… Ca me motive à ne pas baisser l’allure, d’autant plus que je veux éviter de finir au sprint. Je le rattrape dans une descente assez technique vu la boue… Je passe et dévale la pente à vive allure, je pousse un peu dans les deux petites bosses qui suivent histoire de prendre un peu d’avance.
Au 20ème km, je me retourne et constate que j’ai une petite marge de manœuvre je force encore un peu jusqu’au terrain de football, puis je relâche car le trou est fait, je suis 5ème, même si j’ai toujours dit que le classement m’importait peu, ca fait toujours plaisir.
Je bats mon record sur semi en 1h30’22’’. L’objectif de descendre sous les 1h30 n’est pas encore atteint mais c’est plus que jouable sur un parcours moins boueux.
Je me retrouve aussi pour la première fois dans la première tranche du graphe…Etendue-Xhorisienne.PNG
Repost 0
Published by moutmanns - dans Course à pied
commenter cet article
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 14:22

Ce jeudi 01/05, je participe à mon second semi marathon.

L’objectif est d’être un peu plus rapide qu’à Herve (1h38). C’est aussi ma première participation à une allure libre de gaume.

Le parcours part de Beckerich et consiste presque en un aller-retour quasiment jusqu’Arlon.

 

Je pars un peu trop couvert… je dois être le seul en cuissard long et manche longue, j’ai mes références vélo qui sont à revoir pour la CAP.

2014-0036.JPG

Je ne suis pas trop mal placé sur la ligne de départ, ce qui me permet de partir directement à mon rythme.

C’est gai d’être en compétition sur ces chemins d’entraînement. Particulièrement lors de la traversée du tunnel et sur les chemins proche d’Arlon.

normal_164-108.jpg

 

A mi-parcours, je lève un peu le pied car le cardio est au seuil depuis 10 km. Puis je reprends mon allure jusqu’à 1 km de l’arrivée où je pousse un peu pour voir ce qui reste…

Je termine 41ème en  1h32’40’’.

 

J’apprendrai 2 jours plus tard la triste nouvelle du décès d’un des plus jeunes participants…

Sincères condoléances à sa famille te à ses proches.

Repost 0
Published by moutmanns - dans Course à pied
commenter cet article
13 avril 2014 7 13 /04 /avril /2014 18:25

C’est suite à ma participation à l’elchertoise (trail de 25km à Nobressart) que j’ai épluché le calendrier des trails.

J’y ai découvert Spa-Olne ou la version plus courte Theux-Olne. J’ai hésité entre le 17 km qui était un peu court et le 31 km, lui un peu trop long… Pour finir c’est la traversée du bois du stanneux qui m’a fait pencher pour le 31 km, ce qui officialisera un nouveau record de CAP.

 7spa-olne-5.jpg

Une fois, n’est pas coutume, je délaisse mon vélo un dimanche matin, c’est assez rare que pour être signalé. Cécile me conduit 20140413_105929.jpgà Olne pour prendre mon dossard et saluer Benny qui lui prendra le bus jusque Theux, elle me conduira même à Spa m’évitant ainsi de me refroidir dans le bus. Le départ à lieu aux parcs des 7 heures où se tient également une brocante. C’est assez bizarre de voir ces « deux mondes » cohabiter. Cette double organisation nous fera monter une petite côte supplémentaire pour éviter la traversée du parc, mais ca va également inverser le sens du départ… de la queue du peloton, je passe en tête et comme on débute par une corniche étroite, il vaut mieux être devant.

Ensuite on redescend vers le parc, où l’on est encouragé par les brocanteurs, un peu surpris de voir passer un troupeau de joggeurs. On passe au pied d’Annette et Lubin, heureusement on ne l’escalade pas…

Je m’attendais à voir passer quelques avions ayant été surpris pas l’inversion du peloton, mais ils ne sont pas si nombreux, tout au plus 3 ou 4 dont un triathlète rencontré la semaine passée lors de la manche d’ouverture challenge. Ca ne me met même pas la puce à l’oreille qu’en fait moi aussi je suis parti comme un avion, certes pas un F16 mais je suis bel et bien en surrégime. On ne me changera… Je partirai toujours (trop) vite en espérant tenir le rythme.

Point de vue météo, il fait frais +- 10°C et nuageux, on frôlera l’averse mais à l’inverse on terminera avec l’une ou l’autre petite éclaircie.

 

On quitte Spa par un petit chemin parallèle à l’avenus Reine Astrid… J’ai une petite pensée pour mon ancien cadre Wilier brisé non loin de là…

Ensuite on traverse la clémentine pour poursuivre sur un long faux plat, je suis à nouveau dépassé par deux concurrents trop rapide pour moi. On attaque ensuite la première descente vers l’étang de Chawion, je décide de lâcher les chevaux dans la descente et de profiter de la gravité pour faire quelques pointes à presque 20km/h… Et dire que c’est l’allure des pro… sur le plat et durant 2 heures. On arrive dans la partie du parcours que je me réjouissais de revoir. On monte en direction du chêne de la vierge, lieu de mémorable bbq, notamment pour fêter la fin de mes humanités. C’est la première grosse difficulté dans laquelle la foulée se raccourcit très nettement.

Au sommet, on traverse la large voie, itinéraire souvent emprunté lorsque j’étais gamin pour faire Theux – Polleur. Ensuite, on descend vers la route du congrès de Polleur, d’abords dans le bois d’où l’on a une fabuleuse vue sur le château de Franchimont, puis sur l’asphalte. On arrive sur l’arrière du parc de St-Roch, précisément là où j’ai fait mes humanités, qué souvenir, mais pas le temps de se disperser au monte au château par une toute petite corniche, m’obligeant à marcher quelques pas pour éviter le précipice sur la droite, ensuite on rejoint le chemin un peu plus large nous amenant au pied du pont levis. Ici aussi pas mal de souvenirs de Franche foire… Plutôt que de descendre directement sur marché, on fait une boucle vers Sassor avant de redescendre vers l’entrée de St-Roch. Ensuite on emprunte le chemin que je faisais quotidiennement pour revenir de l’école…Par derrière Theux.

C’est là que je croise ma maman venue m’encourager, elle devait être dans le centre de Theux, mais comme on est parti avec 15 minutes de retard elle a remonté le parcours à ma rencontre. Elle m’annonce que je suis 12ème … c’est inespéré. Vu ma bonne position au départ et au peu de monde m’ayant doublé,  je me doutais que j’étais pas trop mal classé mais je ne pensais pas être si proche du top 10. De toute manière cà ne va pas durer… Dès la traversée de Theux je suis doublé par un gars et comme à Nobressart, pas moyen de suivre sur le plat, il court + vite que ma vitesse de croisière, du coup je laisse filer. Bien que ca me fasse ch…, non pas d’être doublé mais que ca soit à cette endroit là, dans le centre de Theux…

On quitte Theux par le petit chemin le long de la Hoëgne, de mémoire celui qui même au trou des sottets. Puis on bifurque à gauche à travers champs pour prendre la direction de Banneux. On va se taper le dénivelé du mont Theux (je peux pas m’empêcher de faire des références au vélo), mais tout en douceur par un interminable faux plat. Au sommet, on sort sur la national entre Louveigné et Pepinster. Je songe à aller faire le plein d’eau bénité comme lors de mes sorties d’entraînement vélo… Mais là, on frôle le dopage, je poursuis donc ma route. C’est la moins belle partie du circuit, on court le long de la nationale, rien d’excitant… Juste avant de tourner à droite pour redescendre vers la vallée de la Vesdre, je suis rattrapé et déposé par un groupe de 4 dont Bernard M. qui fut jadis un de mes animateurs scout que j’avais reconnu et salué au départ. On échange un mot d’encouragement puis je le laisse filler car  toujours pas moyen d’aller plus vite sur le plat. Il va falloir programmer des séances de fractionné pour que j’arrive à augmenter l’allure sur le plat.  Mais comme il n’y a quasiment plus que des descentes et des montées, je garderai les 2 moins forts de ce groupe en contact visuel quasiment jusqu’à l’arrivée.

Grâce au vélo et surtout à openrunner, je connais la topographie du final, je descend à « tombeaux ouverts » vers goffontaine en passant par trasenster, j’y étais justement passé avant ma dernière sortie avec le GCV. En bas, j’afonne deux, trois gobelets d’eau, mon camelback est presque vide. Je prends une poignée de raisin sec et je poursuis le parcours. On traverse la route de la vallée que j’ai parcourue des centaines de fois en vélo et on se tape un petit raidard asphalté juste en face. Je suis en compagnie d’un des 4 gars m’ayant rattrapé à Banneux. Je décide de tenter de marcher quelques pas, non pas que je suis cuit (c’est pour bientôt) mais je veux voir l’écart de vitesse par rapport au gars qui m’accompagne. Je comprend tout de suite que le petit pas de montée en course est bien plus rapide que la marche, au bout de 3 pas je me remets à courir. On redescend un peu, c’est l’occasion pour moi de rattraper mon prédécesseur avec lequel j’aurai effectué une bonne partie du parcours.

On attaque ensemble l’ascension de la croix Maga… Au bout de 25 km, ca va faire mal. Il commence devant, puis c’est à son tour de marcher un peu, je le dépasse. Il m’encourage à aller chercher le « flamand » devant. Mais je suis à fond… Il y arrivera d’ailleurs, ces quelques pas de marche l’on retapé. Quant à moi, je reviens quasiment à sa hauteur au sommet de la bosse mais je sens aussi que cette fois je suis cuit. Impossible de reprendre la même allure au sommet, pire je n’arrive plus à descendre aussi vite qu’au début, je suis obligé de passer en mode récup dans la dernière descente. Qu’importe je passe en mode survie, il faut finir. On traverse la route de soiron sur laquelle j’aperçois un panneau Olne, quel bonheur, j’y suis presque. Mais dans ce presque, il y a un dernier raidard suivi d’un faut plat nous ramenant au Hall omnisport. Je me ferais doubler une dernière fois dans cet ultime faux plat.

 

Au final, je termine 18ème en 2h28, l’un et l’autre était inespéré… le classement m’importe peu mais moins de 2h30, je ne l’avais même pas imaginé possible.

Je suis accueilli à l’arrivée par Benny qui lui était sur Theux-Olne.

SpaTheux-Olne.PNG


Par contre je mettrai plusieurs jours avant de pouvoir marcher normalement...

Repost 0
Published by moutmanns - dans Course à pied
commenter cet article
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 13:47

Ce samedi matin, j’ai pris part à ma première compétition de l’année. Une fois n’est pas coutume, il s’agit d’un trail de 25 km à Nobressart. D’un point de vue déplacement, c’est nickel, à moins d’un quart d’heure de la maison, c’est assez rare que pour être signalé.

 

Je suis impatient de voir si j’ai la distance dans les jambes. Si je vais au bout il s’agira d’un nouveau record de distance en CAP, après le semi de Herve.

Cette année je me suis limité à 12 km assez régulièrement et j’ai poussé 2 ou 3 fois jusque 15. Le mardi avant ce trail, j’ai couru 17 km. Normalement ca devrait passé. J’estime mon temps entre 2h et 2h30 en espérant bien être sous les 2h15.

 

Au départ, je découvre beaucoup de nouvelles têtes, mais aussi quelques unes connues, c’est l’occasion d’emmagasiner un peu d’info sur le parcours.

 

Question matériel, j’ai mis ma ceinture avec 4 petites fioles d’eau et j’ai pris un gel antioxydant. Il n’y a qu’un ravitaillement (situé un peu tôt sur le parcours (après 10km)).

 

Après une minute d’applaudissement en l’honneur de l’organisateur historique de l’évènement décédé l’année passée, le départ est donné. On parcours 500 m de route asphaltée avant de rentrer dans le bois (qu’on ne quittera quasiment plus, hormis pour traverser l’une ou l’autre route et lors du retour vers le centre de Nobressart). On attaque la première bosse du jour. Je découvre le trail et ces pentes assez raides dans des passages étroits, on est obligé de se suivre à la queue leu leu. Je suis même contraint de marcher au sommet. Sans m’en rendre compte, je pars sur le même rythme que sur mes entraînement sur 15 km (12km/h ou 5m/km, il va falloir que je choisisse une unité de mesure de vitesse en CAP, mais je n’ai pas encore tranché entre les deux).  Je pensais courir un peu moins vite mais c’est le charme de la compétition.

 

Au fur et à mesure du parcours, je commence à réellement apprécier la discipline. C’est super agréable de courir en pleine nature, de découvrir la forêt d’Anlier comme je ne l’avais rarement vue.

 

Je découvre aussi les descentes… c’est tout une technique que je vais devoir apprendre. Après quelques km, au bas de l’une d’elle, je vais avoir la mauvaise surprise de perdre une chaussure dans une partie boueuse… Je cours avec mes lacets élastiques (triathlon oblige) et il semble que la pression de la tension de surface aient été supérieur à celle permettant de retenir mon pied dans ma chaussure. Résultat : mon pied dans la boue, un demi tour et quelques secondes de perdues afin de réenfiler ma godasse. Comme il pleut, j’ai de toute manière les pieds déjà trempés.

 

Après le ravito, on discute un peu avec Baptiste, avant de reprendre chacun son rythme. On fait le tour du lac des forges du pont d’oie, sur cette partie, Je vais courir un long moment seul. Je n’ai plus de point de mire et les rares fois où je me retourne je ne vois personne non plus. Ce n’est que lorsque l’on va retrouver des passages plus pentus que je vais revenir sur certains joggeurs. En fait, je suis plus rapide dans les bosses mais je n’ose pas prendre leur allure sur le plat, je fais l’élastique. Dans la dernière difficulté, je vais à nouveau revenir sur quelques autres gars. Ensuite, on redescend par là où l’on était monté au départ. En bas de la descente, on fini à 3. Pas question pour moi d’aller sprinter pour faire une place, je suis suffisamment content de finir.

 

Je me classe 25ème en 2h03. Objectif plus qu’atteins.

 

Ce fut une superbe découverte pour moi, j’ai déjà fait quelques adaptations de mon calendrier pour caser l’un ou l’autre trail cette saison. Notamment Spa (ou Theux) – Olne mi avril. L’un fait 17km et l’autre 33, soit juste un peu trop court, soit juste un peu (beaucoup) trop long.

 

Juste encore préciser que j’ai mis quasiment une semaine pour récupérer complètement des efforts accomplis.

Repost 0
Published by moutmanns - dans Course à pied
commenter cet article