Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de martin.outmanns.over-blog.com
  • Le blog de martin.outmanns.over-blog.com
  • : Mon blog raconte essentiellement la pratique de mon sport, le cyclisme ou plutôt le cyclosport.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens

1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 15:10
Wheel March 2015
Repost 0
Published by moutmanns
commenter cet article
30 mars 2015 1 30 /03 /mars /2015 19:47

Ce WE, je suis à nouveau de retour dans mes contrées d’origine pour les crêtes de Spa.

J’ai un vague souvenir d’avoir déjà participé à cette course, mais plus moyen de me rappeler si c’était le petit parcours ou bien la version enfant… Bref ca remonte à longtemps.

C’est la dernière épreuve auquel je prend part avant mon premier marathon dans deux semaines à Paris. On avait évoqué à Noël avec mes beaux frères le fait, d’être tous les 4 au départ. Au final, on est 2, seul Christophe est présent.

Cette course, à mes yeux, porte mal son nom… Je parlerai plutôt des 3 cimes de Spa. Le parcours est en effet composé de trois belles côtes dont la deuxième de plus de 4 km incluant le passage dans la piste de ski…

Crêtes de Spa

La météo n’est pas très engageante… Vent et pluie sont au programme du WE, mais également de la semaine précédente… Le parcours va être très boueux.

J’arrive à Spa une bonne heure avant le départ, je me gare non loin de la piscine… Nostalgie…C’est là que j’ai appris non seulement à nager… En allant chercher mon dossard, je retrouve AF qui en a fini avec le 8 km, Christophe également mais aussi d’autre joggeurs qu’ils soient locaux ou même quelques Arlonnais qui ont également fait le déplacement.

Je ne m’étais pas rendu compte mais c’est seulement ma deuxième épreuve de masse (>1000 participants), la première étant la course des saints à Rome. Toutes les autres épreuves de CAP auxquels j’ai participé ne dépassait pas ce seuil des 1000 coureurs. Je suis donc bien inspiré en me rendant assez tôt vers le sas de départ, je ne tiens pas à devoir marcher lors du premier km.

On nous lâche avec quelques minutes de retard, malgré mon bon positionnement, je suis obligé de marcher les premiers mètres. Je suis tout de même bousculé par un excité voulant rejoindre la tête de la course. On se dirige vers le centre de Spa, je trouve que je pars vite, je me laisse un peu trop entraîner par le flux. Ma garmin fenix 2 me le confirme au bout du premier km : 3’52’’, mais les sensations étant bonne je réitère cela lors du second km 3’51’’. Il s’agit aussi de deux premiers km de faux plat descendant, ensuite cela se corse, on attaque la première bosse, les 9 km suivants ont un dénivelé positif !!!. Je suis dépassé par Bernard M. qui l’avait déjà fait un an plus tôt à Spa (tiens, tiens,…) Olne, je sais qu’il n’est pas à suivre…

On a le vent de face pour monter vers Bérizenne, je tente de me cacher derrières d’autres joggeurs afin de diminuer la difficulté, mais comme d’habitude j’ai tendance à aller un peu plus vite dans les montées… Je bouffe donc aussi ma part de vent.

J’aphone tout en courant un gobelet d’eau au sommet de la première bosse. Je suis assez déçu, j’espérais avoir des petites bouteilles d’eau pour m’habituer en vue des ravitos de Paris. C’est seulement la deuxième fois que je cours sur 20 km sans mon camelbag. D’habitude je bois beaucoup, il me reste 15 jours mon apprendre à me ravitailler tous les 5 km.

Après une légère descente on attaque la montée jusqu’au pied (lol) de la piste de ski. Hormis quelques téméraires partis trop vite, les positions sont déjà bien établie, on court dans le bois à l’abri du vent jusqu’au fameux thier des rexhons (la piste de ski). Là, on récupère le vent dans le nez, je me cache quelques instants puis reprend mon rythme à nouveau un peu plus rapide que les autres en montée. Plus on approche du sommet, plus la pente devient raide et moins on a d’adhérence, quelques appuis s’échappent, ah si j’avais mes chaussures de trail… Etant à 2 semaines de Paris, j’ai opté pour ne plus courir qu’avec mes sauconny. Au sommet, je suis à nouveau encouragé par ma belle sœur.

Le plus dur est fait ! On court un peu plus d’un km sur le plateau avant de redescendre vers Spa. On passe notamment dans un single track assez glissant. J’opte pour 4 à 5 pas de marche à hauteur du ravito afin d’ingurgiter 2 gobelets d’eau. Ensuite place à la descente, c’est là que je vais voir passer plein de fusées… je n’ose pas y aller à fond. Dans un premier temps par crainte de contractures (sur le chemin du musée de la forêt) et dans un second temps par crainte de chute. On descend un large chemin plein de terre argileuse, on est obligé à quelques reprises de plonger dedans, sinon on opte pour la bande de terre plus ferme mais avec plein de racines de sapin. En bas de cette partie, je lève la tête et je ne vois plus personne devant moi, signe que j’ai vraiment été très prudent.

Les préinscrits ont droit à leur prénom imprimé sur le dossard… Cela me vaudra quelques encouragements personnalisés d’inconnu en plus des quelques indigènes m’ayant reconnu (Stéphane, Cécile,…).

Place à la dernière bosse, pas piquée des vers celle-là, d’autant plus qu’elle vient après 6 km de descente. Il faut remettre en route. Cette partie montante me permet de revenir sur les fusées m’ayant lâché dans la descente. La plupart des gars sont au pas… Au sommet, on repart en mode descente jusqu’à l’arrivée. Je lève à nouveau un peu le pied en pensant à Paris. Je termine 117ème en un peu plus d’1h34.

Crêtes de Spa
Crêtes de Spa
Repost 0
Published by moutmanns - dans CAP
commenter cet article
14 mars 2015 6 14 /03 /mars /2015 08:24

Repost 0
Published by moutmanns
commenter cet article
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 14:49

Si tout comme moi, vous êtes désireux d’augmenter votre volume d’entraînement, mais que vos obligations professionnels, familiales, … sont contraignantes. Je vous propose un nouveau rendez-vous le jeudi en nocturne, départ 20h de la plaine des manœuvres pour un aller-retour Mersch (entre 27 et 29 km/h).

Pourquoi 20h ? c’est tard mais ca permet d’être rentré de Lux pour certain ou d’avoir nourri et couché les enfants pour d’autres.

Pourquoi la plaine des manœuvres : plein de parking et surtout devant chez moi…

Pourquoi AR Mersch : itinéraire le moins dangereux auquel je pense, suis open à toutes autres propositions.

Pourquoi 27 – 29 : pour entretenir (ou faire) le foncier.

Je tente le coup ce soir avec lampes avant et arrière sur le vélo + frontale + gilet jaune fluo.

Plus on sera nombreux, moins ca sera dangereux.

En espérant vous voir un de ces 4 jeudis.

En cas de pluie, je m'abstiendrai.

Bonne saison,

Martin

Repost 0
Published by moutmanns
commenter cet article
1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 14:36
Wheel veloviewer february
Repost 0
Published by moutmanns
commenter cet article
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 12:36

Ce dimanche, j’ai effectué ma première petite folie de la saison…Je suis rentré en vélo jusque chez ma mère. 5h de selle pour un peu plus de 130 km et plus de 1700 m de D+. Petite folie car passage par la baraque où le paysage est toujours blanc, car ma dernière sortie de plus de 100 km remonte, tenez vous bien, au 13/08/2014 (c’était mon ascension de la montagne de Lure…) et car la dernière fois que j’ai fait plus de 1000 m de D+ c’était le 06/09/2014 au tri de Gérardmer…

Mais il est temps d’allonger mes sorties. En guise de motivation, j’ai découpé le parcours en différent bloc.

En apéro la montée de Roodt suivi d’un zakouski (sortie d’Harlange), en guise d’entré froide la sortie du lac d’Esch sur Sûre vers boulaide. Les entrées chaudes sont les tapes cul jusque Bastogne (Lutremange – Lutrebois). Petite pause, non pas au carnaval de Bastogne mais bien pour passer au plus vite la nationale entre Bastogne et Houffalize.

Le plat de résistance se situe sur cette même nationale mais quasiment sans circulation (les voitures privilégiant l’autoroute), il s’agit de la montée vers la baraque de Fraiture. Place au trou normand : la descente de la vallée de la Lienne. Le dessert étant la Vecquée…

Joli menu que je pensais affronter avec une forte bise dans le dos… Que nenni, vent léger mais de ¾ frace…

Parcours super agréable, à faire et à refaire.

Retour chez maman...
Repost 0
Published by moutmanns
commenter cet article
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 14:07

Juste après Strava, je me suis inscrit sur veloviewer, encore plus fort… Des graphes en 3D… Une compilation des classements de tous les secteurs parcours sur les 25 dernières sorties en version gratuites (sur tout l’historique en version payante). J’ai découvert que j’avais quelques beaux classements : 5 fois en tête, 14 podiums et 89 Top 10 et ce uniquement en vélo… On va essayer de programmer les entraînements en fractionné sur des secteurs afin d’améliorer ca…

Voici quelques printscreen de ce que veloviewer peut faire, j’ai pas pu m’empêcher de remettre le tour du Mont Blanc.

VeloViewer
VeloViewer
VeloViewer
VeloViewer
Repost 0
Published by moutmanns
commenter cet article
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 14:03

Ca fait un an que ca me titillait de rejoindre Strava… Mais l’idée de publier mes entraînements me dérangeait un peu. Sans doute suite à ce fichu stéréotype du mec qui dit toujours au départ : « non, j’ai pas la forme, j’ai pas su rouler cette semaine… » et qui au bout de quelques km, c’est lui qui vous fait souffrir… On en connaît tous l’un ou l’autre. Je n’en fait pas partie mais je préférais garder mes sorties pour moi.

Ber et Fab,… ayant passé le cap, j’ai décidé de les y rejoindre…

Mes dernières sorties ont été tout de suite transférées. L’historique enregistré par ma garmin fénix 2 a pris 2 jours. J’ai essayé différent site de transfert de données pour récupérer mes données polar. Mais n’ayant rien trouvé d’automatique, je me suis résolu a copié manuellement 25 fichiers GPX à la fois.

Me voici donc actif sur Strava…

Repost 0
Published by moutmanns
commenter cet article
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 23:59
Star trail
Star trail

Malgré mon appréciation mitigée lors de mon dernier trail nocturne, je suis au départ du strar trail de Rulles.

D’une part car c’est tout proche de chez moi et d’autre part le parcours est nettement moins vallonné. Concernant la visibilité, elle sera nettement meilleur que lors de mes expériences nocturnes précédente. En effet le ciel est dégagé et la lune est au ¾ pleine, mais surtout la neige, réfléchira la lumière de nos lampes.

Juste avant de partir, j’hésite tout de même à déclarer forfait. Le vent souffle à décorner les bœufs, rendant le froid bien piquant et je crains surtout qu’il n’engendre la présence de plaque de glace en soufflant la neige. Mais l’idée d’avoir déjà 3h d’entraînement dans les jambes en ayant à peine débuté le WE m’aide à me mettre en route.

Malgré un franc succès pour une première édition, nous ne sommes pas bien nombreux sur le 30 km. La plupart des trailleurs sont sur le 20 km. L’attente avant le départ est particulièrement … froide. Heureusement, on part à l’heure. Je prends un départ prudent, tant au niveau de la vitesse que de mes appuis. Je veux éviter de prendre un billet de parterre.

Malgré un rythme raisonnable, je sens une gêne dans le haut du mollet droit. J’hésite même à faire demi-tour de peur que ca ne s’aggrave. Finalement une fois chaud, je ne sentirai plus rien, à surveiller tout de même.

Star Trail Rulles

Après une première montée, on bifurque à gauche. Ca me permet de compter que je suis au alentour de la 20ème place. C’est aussi l’occasion de voir le serpentin de lucioles… c’est féérique de voir le reflet de toute ces lampes sur la neige. Etant peu nombreux je me retrouve assez vite seul. Ca ne durera pas, je reviens sur 3 autres gars. Lors de la traversée d’un tunnel, je frôle la catastrophe, je glisse sur une plaque de verglas, je me rattrape de justesse mais le stress engendré par cette petite frayeur a raidi mes jambes, je sens un début de crampe dans mes mollets. C’est con, j’étais parti prudemment pour éviter ca… Je me met en mode récup lors de la bosse suivante, j’hyperventille et m’hydrate correctement. Heureusement cette mesure de prudence suffit à remédier à cela.

Je m‘hydrate plus régulièrement que d’habitude, car je crains la formation d’un glaçon dans le tuyau d’alimentation de mon Camelback. Malgré tout, je devrais à deux reprises souffler plutôt que d’aspirer afin de faire fondre la glace.

Courir dans la neige demande quelques adaptations de la foulée et surtout une sécurisation de ses appuis. Les descentes sont facilitées par la présence de neige encore fraîche amortissant nos foulées mais gare aux endroits verglacés…On peut constater la variation de l’épaisseur du manteau neigeux en fonction de l’altitude.

On emprunte beaucoup de petit sentier, je retournerais bien une fois sur ce parcours de jour.

Les grosses ornières sont évident transformées en flaque d’eau et recouverte d’une épaisse couche de glace et de neige. Il n’est pas toujours évident de voir la limite du début de la flaque. Les quelques fois où j’ai marché dessus, j’ai entendu le crissement de la glace qui se brise, ca me fait froid dans le dos pour ceux qui marcheront dessus à nouveau.

Je termine le parcours en remontant un par un certain concurrents du 20 km et à moins de 2 km de l’arrivée, je prend la gamelle tant redoutée… Je glisse sur une plaque de verglas dans la dernière descente pentue… Non sans douleur, au final rien de grave mais je m’en serais bien passé tout de même.

Je termine en 2h39 en 5’54’’/km à la 9ème place soit à nouveau dans le troisième bâtonnets… On constate sur le graphe Garmin qu’il n’y a presque pas eu de zone de marche.

Star Trail Rulles
Star Trail Rulles
Repost 0
Published by moutmanns
commenter cet article
22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 15:36

Tout à commencé sur la ligne de départ de mon premier trail nocturne (le trail des étoiles à Burdinne), c’est là que l’on m’a informé que les inscriptions pour le trail des lucioles allaient être ouverte. Vu les commentaires assez élogieux concernant cette épreuve, je m’y suis inscrit, d’autant plus que le départ est situé à Soiron, à 5km de chez ma belle-mère.

J’ai profité du matin de Noël, pour allez reconnaitre une partie du parcours de 2014, j’ai pu prendre la mesure de la difficulté qu’on allait rencontrer.

 

Cécile me jette au départ, 600 trailers dans le petit village de Soiron, ca met un peu du désordre…

 

Après les formalités de dossard, serrage des chaussures, je me faufile pour me replacer afin de ne pas partir trop loin. Je reviens sur le serrage des chaussures car depuis le trail de vendredi passé (TNT), j’ai l’orteil central du pied gauche mauve… Deux hypothèses peuvent l’expliquer, soit un choc lors de ma chute… Soit, et ca sera plus coûteux, mes chaussures de trail sont trop petite… Je ne m’en étais pas encore rendu compte car toujours utilisée à faible intensité, mais c’est vrai qu’au bout de presque 3h dedans à Virton, je n’étais pas mécontent de les retirer.

 

Bref me voici parti pour l’un des trails les plus compliqué de Belgique… Pourtant le départ n’a rien de bien compliqué, on descend durant les 2.5 premiers km… Je suis surpris du départ hyper rapide de certains concurrents, je vais assez vite comprendre que j’aurais du leur emboiter le pas. En effet, on arrive dans un engorgement au départ d’un sentier en single track…

 

Ensuite vient déjà, le premier mur où on est obligé de marcher, il y en aura… 9 en tout dont 6 dans la seconde moitié. Après 6 km, je retrouve Olivier T que j’ai plus l’habitude de voir sur un vélo. On passe de l’autre côté de la vallée de la Vesdre sur des sentiers que j’avais emprunté le jour de noël. Le fait de me retrouver en terrain connu est rassurant.

 

La température passe sous le 0°C, on sent l’herbe gelée craquer sous nos pieds

 

C’est au km 16 que je vais ressentir les prémices de crampes… Lors de passage plus technique quand mes appuis se dérobent et que je force pour me rattraper, je sens que je suis limite… Il faut dire que je n’ai pas encore totalement récupérer du TNT et que je suis sorti les deux jours précédents… pas bien. Je m’hydrate et lève le pied en espérant pouvoir finir correctement… Mais 2 km plus loin, les crampes sont belles et bien là, dans chaque mollets (je ne porte pas mes manchons de compression, ceci y contribue aussi). Je parviens encore à courir mais en hyperventillant, je respire en faisant un beaucoup de tout les diables… Mais dès que ca monte un peu, je dois reprendre le pas. Les murs sont à mon avantage, j’y dépasse même certains concurrents qui me laisseront sur place quand on reviendra sur le plat. On évolue sur une corniche assez peu marquée… vu le précipice à ma droite et mes crampes je négocie ce passage très prudemment.

 

Enfin, j’arrive au bout…

 

Me suis-je amusé ??? C’est la question à 100 000 €, oui j’y ai pris du plaisir, mais j’ai deux gros bémols : d’une part le trail de nuit apporte un petit côté aventure mais ne permet pas de découvrir les merveilleux endroits dans lesquelles nous passons. Et d’autre part, celui-ci était beaucoup trop dur… je ne prend pas de plaisir à marcher dans un mur à plus de 20% et encore moins à le descendre… Je ne vais pas chercher à faire les autres trails réputés comme difficile, je préfère plus long mais moins pentu, 300 m de dénivelé par 10 km me parait être la limite pour que j’y trouve mon compte.

 

Pour finir, les graphes habituels.

 

 

Trail des lucioles 2015
Trail des lucioles 2015
Repost 0
Published by moutmanns
commenter cet article