Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de martin.outmanns.over-blog.com
  • Le blog de martin.outmanns.over-blog.com
  • : Mon blog raconte essentiellement la pratique de mon sport, le cyclisme ou plutôt le cyclosport.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens

30 mars 2015 1 30 /03 /mars /2015 19:47

Ce WE, je suis à nouveau de retour dans mes contrées d’origine pour les crêtes de Spa.

J’ai un vague souvenir d’avoir déjà participé à cette course, mais plus moyen de me rappeler si c’était le petit parcours ou bien la version enfant… Bref ca remonte à longtemps.

C’est la dernière épreuve auquel je prend part avant mon premier marathon dans deux semaines à Paris. On avait évoqué à Noël avec mes beaux frères le fait, d’être tous les 4 au départ. Au final, on est 2, seul Christophe est présent.

Cette course, à mes yeux, porte mal son nom… Je parlerai plutôt des 3 cimes de Spa. Le parcours est en effet composé de trois belles côtes dont la deuxième de plus de 4 km incluant le passage dans la piste de ski…

Crêtes de Spa

La météo n’est pas très engageante… Vent et pluie sont au programme du WE, mais également de la semaine précédente… Le parcours va être très boueux.

J’arrive à Spa une bonne heure avant le départ, je me gare non loin de la piscine… Nostalgie…C’est là que j’ai appris non seulement à nager… En allant chercher mon dossard, je retrouve AF qui en a fini avec le 8 km, Christophe également mais aussi d’autre joggeurs qu’ils soient locaux ou même quelques Arlonnais qui ont également fait le déplacement.

Je ne m’étais pas rendu compte mais c’est seulement ma deuxième épreuve de masse (>1000 participants), la première étant la course des saints à Rome. Toutes les autres épreuves de CAP auxquels j’ai participé ne dépassait pas ce seuil des 1000 coureurs. Je suis donc bien inspiré en me rendant assez tôt vers le sas de départ, je ne tiens pas à devoir marcher lors du premier km.

On nous lâche avec quelques minutes de retard, malgré mon bon positionnement, je suis obligé de marcher les premiers mètres. Je suis tout de même bousculé par un excité voulant rejoindre la tête de la course. On se dirige vers le centre de Spa, je trouve que je pars vite, je me laisse un peu trop entraîner par le flux. Ma garmin fenix 2 me le confirme au bout du premier km : 3’52’’, mais les sensations étant bonne je réitère cela lors du second km 3’51’’. Il s’agit aussi de deux premiers km de faux plat descendant, ensuite cela se corse, on attaque la première bosse, les 9 km suivants ont un dénivelé positif !!!. Je suis dépassé par Bernard M. qui l’avait déjà fait un an plus tôt à Spa (tiens, tiens,…) Olne, je sais qu’il n’est pas à suivre…

On a le vent de face pour monter vers Bérizenne, je tente de me cacher derrières d’autres joggeurs afin de diminuer la difficulté, mais comme d’habitude j’ai tendance à aller un peu plus vite dans les montées… Je bouffe donc aussi ma part de vent.

J’aphone tout en courant un gobelet d’eau au sommet de la première bosse. Je suis assez déçu, j’espérais avoir des petites bouteilles d’eau pour m’habituer en vue des ravitos de Paris. C’est seulement la deuxième fois que je cours sur 20 km sans mon camelbag. D’habitude je bois beaucoup, il me reste 15 jours mon apprendre à me ravitailler tous les 5 km.

Après une légère descente on attaque la montée jusqu’au pied (lol) de la piste de ski. Hormis quelques téméraires partis trop vite, les positions sont déjà bien établie, on court dans le bois à l’abri du vent jusqu’au fameux thier des rexhons (la piste de ski). Là, on récupère le vent dans le nez, je me cache quelques instants puis reprend mon rythme à nouveau un peu plus rapide que les autres en montée. Plus on approche du sommet, plus la pente devient raide et moins on a d’adhérence, quelques appuis s’échappent, ah si j’avais mes chaussures de trail… Etant à 2 semaines de Paris, j’ai opté pour ne plus courir qu’avec mes sauconny. Au sommet, je suis à nouveau encouragé par ma belle sœur.

Le plus dur est fait ! On court un peu plus d’un km sur le plateau avant de redescendre vers Spa. On passe notamment dans un single track assez glissant. J’opte pour 4 à 5 pas de marche à hauteur du ravito afin d’ingurgiter 2 gobelets d’eau. Ensuite place à la descente, c’est là que je vais voir passer plein de fusées… je n’ose pas y aller à fond. Dans un premier temps par crainte de contractures (sur le chemin du musée de la forêt) et dans un second temps par crainte de chute. On descend un large chemin plein de terre argileuse, on est obligé à quelques reprises de plonger dedans, sinon on opte pour la bande de terre plus ferme mais avec plein de racines de sapin. En bas de cette partie, je lève la tête et je ne vois plus personne devant moi, signe que j’ai vraiment été très prudent.

Les préinscrits ont droit à leur prénom imprimé sur le dossard… Cela me vaudra quelques encouragements personnalisés d’inconnu en plus des quelques indigènes m’ayant reconnu (Stéphane, Cécile,…).

Place à la dernière bosse, pas piquée des vers celle-là, d’autant plus qu’elle vient après 6 km de descente. Il faut remettre en route. Cette partie montante me permet de revenir sur les fusées m’ayant lâché dans la descente. La plupart des gars sont au pas… Au sommet, on repart en mode descente jusqu’à l’arrivée. Je lève à nouveau un peu le pied en pensant à Paris. Je termine 117ème en un peu plus d’1h34.

Crêtes de Spa
Crêtes de Spa
Repost 0
Published by moutmanns - dans CAP
commenter cet article