Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de martin.outmanns.over-blog.com
  • Le blog de martin.outmanns.over-blog.com
  • : Mon blog raconte essentiellement la pratique de mon sport, le cyclisme ou plutôt le cyclosport.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens

20 mai 2014 2 20 /05 /mai /2014 21:47

Une fois n'est pas coutume, mais c'est un mardi soir qu'a lieu la manche de Nessonvaux.

Je m'échauffe dans la vallée accompagné de ma soeur qui m'encouragera durant la course.

Je ne suis toujours pas guéri, je vais devoir affronter les mêmes problèmes de carburateurs qu'à Bilzen. D'autant plus qu'il ny aura qu'un seul départ. On part avec les ECW.

En plus de ma crève, j'ai toujours les jambes lourdes de Bilzen.

Pas de miracle dans la première des 4 montées de Trasenster, je ne parviens pas à accrocher le bon groupe, déjà en pleine possession de mes moyens, ca aurait été dur, mais avec un seul poumon, c'est impossible. J'accroche tout de même ce que je vais appeler le peloton C1.

 

Repost 0
Published by moutmanns - dans Challenge Bicyclic
commenter cet article
18 mai 2014 7 18 /05 /mai /2014 18:50
 
ambiance-running.jpg
Ce dimanche, je suis de retour à Bilzen, là où tout à commencer pour moi dans cette nouvelle discipline qu’est le triathlon.
 
Malgré la tricherie collective de l’année passée (on roulait quasiment en peloton), j’ai décidé de revenir à Bilzen car ne jouant pas un bon classement général, le déroulement de la course (avec ou sans drafting)  m’importe peu. J’ai juste décidé de personnellement m’en tenir au no drafting. Evidemment dans la mesure du possible, car malgré un net allongement du circuit (3 boucles ald 6), on roule toujours sur le chemin de hallage. L’étroitesse de la route ne permet que la présence de deux vélos.
 
 
 
Je retourne me garer au même endroit que l’année passée (à côté du parc à vélo). Cette fois je vis une préparation un peu plus sereine que l’année passée où j’avais oublié pas mal de chose dont ma puce… (voir article http://martin.outmanns.over-blog.com/article-111-bilzen-120367004.html).
 
 
 
 
 
J’ai chopé un rhume quelques jours plus tôt, il va considérablement me gêner, surtout lors de la natation.
 
 
 
Je suis dans les derniers à rentrer dans l’eau (16°C), certes c’est froid, mais c’est supportable. Au bout de 100 m, je commence à avoir du mal à respirer… Ca commence mal. Je ne supporte pas ma combi, j’ai l’impression qu’elle m’étouffe. J’ai de l’eau qui rentre dans mes lunettes et en prime je dérive vers la berge… Bref ce parcours de natation est une vrai galère. Je suis obligé de nager sur le dos à deux reprises pour remettre mes lunettes.
 
C’est une vrai délivrance lorsque je reviens à l’échelle de sortie, d’autant plus que selon la plupart des concurrent il y avait un peu plus d’un km à faire.
 
 
mou-sort-de-l-eau.jpg
 
 
 
Je me mets à trottiner tout en enlevant le haut de ma combi. Je repère mon emplacement sans trop de difficulté. Je peine à nouveau pour retirer le bas de la combi… Ca devient une habitude. Je bois un coup, avale une demi barre énergétique puis, je sors du parc, en route pour 100 km.  
 
 
 
Contrairement à l’année passée, je dispose d’une machine de guerre, fini le look tuné, place à mon orbéa, monté avec une sonic 80 à l’arrière et une bora à l’avant. Je trouve assez vite mon rythme de croisière. Cette année la combinaison des trois facteurs suivant va considérablement réduire le nombre de drafteur :
 
- Le départ a été donné en deux vagues
 
- Le parcours est allongé
 
- Les arbitres sont plus présents et plus sévères
 
 
 
C’est l’un des premiers jours de chaleur de l’année, normalement je m’y acclimate très bien, mais j’ai commis une petite erreur… je suis parti avec trop peu d’eau, je pensais être ravitaillé à chaque tour, mais nous ne le sommes pas lors du premier tour. Ma bouche s’assèche… Et quand enfin je retrouve de l’eau, il n’est pas trop tard, mais grand temps.
 
 
 
Lors du second tour, je perds mon bidon arrière gauche…Mdr, c’est celui avec le matos de réparation, dont un boyau Vitoria open Corsa. Je décide de poursuivre et de le récupérer lors de mon dernier passage.
 
Heureusement, je ne perce pas durant ce tour. La récupération du bidon se passe sans encombre, hormis l’un ou l’autre n’ayant pas vu que je signalais mon arrêt. Je repars en cafouillant un peu pour remettre l’une de mes cales dans la pédalle. C’est fou le temps que l’on perd lors d’un stop and go. Je vais peiner à revenir sur les gars qui m’accompagnait.
 
 
 
Je suis un peu surpris par le retour à l’aire de transition, je pensais encore devoir faire quelques km. Il faut dire que la puce gps de mon Polar déconne encore. La transition en elle-même se passe sans soucis. Par contre la CAP va être une vrai galère. Je gère le faut plat revenant vers l’aire d’arrivée, il faut dire que je me rappelle aussi comme il m’avait fait souffrir l’année passée. Ensuite le parcours est plus facile mais plus chiant puisqu’il s’agit d’un aller retour plat sur une petite route de campagne. A la sortir d’Eigenbilzen, lors du premier des trois tour je sens un petit début de crampes pointer le bout de son nez… Je suis obligé de lever le pied et d’attendre que ces trois tours se passent. Je suis aussi gêné par un besoin naturel… A un tel point que j’ai fortement envisagé un arrêt dans le champ lors de mon dernier tour mais la délivrance ne viendra qu’une fois la ligne franchie…
 
 
 
Ma course en quelques chiffres et avec le graphique du nombre de participants par tranche horaire.
 
 
Nat T1 Vélo T2 CAP Tot
141   58   89 72
00:23'04"   02:45'55"   00:48'18" 03:57'19"
 
etendue-Bilzen.PNG
 
 
Repost 0
Published by moutmanns - dans Triathlon
commenter cet article
9 mai 2014 5 09 /05 /mai /2014 13:31

affiche_week-end_ccweyler_grand_2014.jpg

Repost 0
Published by moutmanns - dans Randonnée
commenter cet article
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 14:22

Ce jeudi 01/05, je participe à mon second semi marathon.

L’objectif est d’être un peu plus rapide qu’à Herve (1h38). C’est aussi ma première participation à une allure libre de gaume.

Le parcours part de Beckerich et consiste presque en un aller-retour quasiment jusqu’Arlon.

 

Je pars un peu trop couvert… je dois être le seul en cuissard long et manche longue, j’ai mes références vélo qui sont à revoir pour la CAP.

2014-0036.JPG

Je ne suis pas trop mal placé sur la ligne de départ, ce qui me permet de partir directement à mon rythme.

C’est gai d’être en compétition sur ces chemins d’entraînement. Particulièrement lors de la traversée du tunnel et sur les chemins proche d’Arlon.

normal_164-108.jpg

 

A mi-parcours, je lève un peu le pied car le cardio est au seuil depuis 10 km. Puis je reprends mon allure jusqu’à 1 km de l’arrivée où je pousse un peu pour voir ce qui reste…

Je termine 41ème en  1h32’40’’.

 

J’apprendrai 2 jours plus tard la triste nouvelle du décès d’un des plus jeunes participants…

Sincères condoléances à sa famille te à ses proches.

Repost 0
Published by moutmanns - dans Course à pied
commenter cet article
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 22:39

C est a Blegny que j'avais fait mais débuts dans le challenge, il y a un peu plus d'un an...

Le résultat de 2014 est le même... sprint à nouveau désastreux, mais la course fut bien différente. En lieu et place de la course d'attente de 2013, j'ai tenté à plusieurs reprises de durcir la course, je ferais même presque 2 tours en échapé. Mais à 2,il était quasiment impossible de résister.

Ayant acheté un casque aérodynamique, J'ai tenté de placer ma caméra dans une nouvelle position, filmant depuis l'arrière de mon cadre. Sympha pour celui qui est juste derrière mais on voit trop de ciel...

 


 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by moutmanns - dans Challenge Bicyclic
commenter cet article
24 avril 2014 4 24 /04 /avril /2014 18:21

20140423_102855.jpg20140423_102903.jpg

Je cherchais un nouveau casque depuis environ deux semaines.

 

J'hésitais entre le classique giro Aeon ou l'aérodynamique specialized Evade. J'ai finalement choisis le plus laid des deux en espérant qu'il présente réellement un gain aérodynamique. Comme j'utilise le même casque en triathlon, je me suis dit que l'evade faisait d'une pierre deux coups. Certes, ce n'est pas le plus beau, mais personellement, je me vois rarement avec.

Repost 0
Published by moutmanns - dans Matériel
commenter cet article
20 avril 2014 7 20 /04 /avril /2014 15:05

 


 

 

 

 

C’est ce dimanche que j’ai débuté ma saison de triathlon en me rendant au championnat francophone de sprint ou plus simplement au 1/8 de triathlon batifer de Bertrix.  

 

C’est mon premier 1/8, pour rappel le précédent (St-Léger) avait été transformé en duathlon. Benny est lui aussi de la partie. Comme à St-Léger, j’ai le soutient de Cécile et des enfants. C’est super de les avoir sur place mais ca complique la logistique (surtout au point de vue de l’horaire).

 

   

 

    Point de vue préparation, j’ai fait une semaine avec pas mal de volume vélo (pas d’enfants à la maison) mais sans intensité car j’ai une contracture au mollet gauche suite à Spa-Olne… Ca a été lundi et mardi (avec Benny) en décrassage, puis mercredi sur le vélo de triathlon précédé de 50 minutes de natation à Rodange (j’ai même eu droit à 5 minutes seul dans le bassin olympique). Vendredi, j’ai fait un retour de Marche mais en direction de Pepinster. J’ai du m’abstenir de courir durant toute la semaine afin de ne pas aggraver la situation de mon mollet gauche.

 

 

2014-9120.JPG

J’arrive au départ une petite heure avant le départ, en espérant ne rien avoir oublié… Pour rappel, le triathlon n’est pas un sport de distrait (et j’en suis un). Je file à la buvette du foot (où je me remémore quelques arrivées des boucles de la Semois…) pour aller rechercher mon dossard et ma puce. Retour à la voiture pour aller finir la préparation de mon matériel. Je commence par mettre ma puce au pied, pour m’y habituer mais surtout pour ne pas l’oublier. Je monte mes boyaux à 10 bars, puis je me rends au parc à vélo, casqué (comme il se doit) avec ma caisse. Les questions du jour sont : chausettes ou pas ? et veste ou maillot en plus de la trifonction ou pas ? N’ayant toujours pas de réponse, j’ai tout mis dans ma caisse. Je monte vers l’entrée de la piscine, le temps de faire une petite photo avec mes enfants et je rejoins les concurrents de la 7ème vague pour le briefing d’avant course.

 

 

 

Coup de bol, on m’a attribué le couloir 4, c’est celui le plus proche de la sortie. On y nagera à 5. On s’organise en fonction des temps annoncés par chacun, on se situe entre 12 et 14 minutes… Et c’est moi qui ai annoncé un ambitieux 12’… Je partirais donc le premier. Juste avant le départ, l’un des participants me demande si c’est bien moi qui ait un blog… Ca fait toujours plaisir de rencontrer des gens qui me lise, j’espérais le revoir à l’arrivée mais ce ne fût pas le cas.  

 

     

 

La piscine est un peu vétuste et la petite profondeur est vraiment peu profonde (moin d’un mètre), mais il y a des gradins… C’est cool, car pour rappel, j’ai des supporters.

 

 

 

Ayant annoncé 12’, je pars comme un avion (ou plutôt un jetfoil) au bout de 4 longueurs, j’ai pris un peu d’avance sur le second, je peux enfin diminuer le rythme…Ce fût un vrai départ de tri à bloc, mais sans les coups. Je bois la tasse 2 ou 3 fois à cause du remous. Je suis hyper concentré sur le comptage de mes longueurs, on ne me laissera pas sortir si je n’en ai pas fait 30, par contre on me laissera repartir pour 2 supplémentaires.

 

    Impossible de se situer dans la course, je sais que je suis devant mes 4 colocataires de couloir mais je n’ai pas de repère par rapport aux autres… Les dépassements se font sans encombres en passant au milieu.  

 

 

 

2014-9127.JPG

Au bout de mes 750m je sors et me dirige vers la parc à vélo en oubliant presque de rendre mon bonnet…

 

 

J’hésite une seconde avant de retrouver mon emplacement (il faut que je trouve une carpette de salle de bain fluo…). Puis pris par la course, je décide de laisser tomber le port des chaussettes et l’ajout d’une veste. Je fonce vers la sortie du parc, j’y ai été dépassé par au moins 3 autres gars sorti juste après moi de l’eau, il faudra que je travaille cette transition. Ca passera probablement aussi par l’achat de chaussures à mettre sur le vélo.

 

Je tente de démarrer ma caméra mais sans succès => pas de vidéo. On est 5 ou 6 à filer vers Mortehan, on doit frôler le 50km/h mais comme mon polar fait à nouveau des siennes, je n’ai pas d’enregistrement. Je suis même obligé de redémarrer ma montre. Ca commence à bien faire, j’envisage de passer chez Garmin, mais ca fera sans doute l’objet d’un article… Le drafting est interdit,  dans ce petit groupe, la règle sera bien respectée même si on passe chacun notre tour devant pour servir de point de mire. La traversée de Mortehan se passe sans encombre, on vire à droite pour aller chercher le juge de paix du parcours vélo, une côte de plus d’un km avec un     passage à 13%... Je me rends tout de suite compte que je suis avec des gars plus fort que moi, ca l’a fou mal quand vous êtes dans votre spécialité, une seul rengaine en tête : « tu ne me lâcheras pas, tu ne me lâcheras pas,… ». Le cœur bat la chamade,… « tu ne me lâch…. Et puis va te faire fout… », je suis obligé de laisser filer quand mon estomac me lâche. J’étais de toute façon dans le rouge foncé…bien foncé... Et ils sont trois à partir définitivement dont celui qui fera le meilleur temps vélo, mais à cet instant précis, je ne le sais pas, je prends donc une petite claque. Je finis la montée toujours en surrégime mais sans me faire exploser une seconde fois. Je maudis cette fichue roue sonic 80 mm que j’avais béni quelques instants plus tôt lors de la descente. Jusqu'à 5 ou 6% ca se laisse emmener mais au-delà, quel boulet, il faut une énergie de malade lors de chaque tour de roue. Au sommet, trois gars sont définitivement parti,  je conserve les deux autres en vue. Je relance et retrouve le bénéfice de ma roue fortement profilée. Je grappille petit à petit du terrain sur mes prédécesseurs. Peu avant d’entrer dans Bertrix, je rattrape l’un des deux. Une fois dans la ville, on en ressort par de toutes petites routes afin d’arriver par l’arrière du complexe sportif, c’est un peu dangereux mais je m’en tire sans encombre.

 

  2014-9139.JPG 

 

Me voici de retour au parc à vélo, Elisa se rappelant de mon départ casqué en CAP à St-Léger, crie : « ton casque, papa ». je commence par l’ôter, puis je change de chaussures. Là, je me rappelle le vieil adage :  « ne jamais tester du matériel en course »… Or c’est la première fois que j’enfile mes chaussures sans chaussettes. Je plie la semelle droite… Tans pis je ne cours que 5 km.

 

 

 

Le parcours (2*2.5km) tourne autour de la piste d’athlétisme puis on monte vers le centre ville avant de revenir sur le complexe sportif par l’entrée principale. Dès, le début du parcours je ressens une douleur au mollet gauche. Je ne suis pas encore remis des 31 km de Spa-Olne. Je décide de poursuivre en mode mineur afin de ne pas aggraver la situation.

2014-9149.JPG

 

 

Je voulais descendre sous 1h15 et c’est fait !  Je termine 26ème en 1h09’06’’. Ci-dessous un graphe reprenant le nombre de finisher par intervalle de temps (1 intervalle = 1/10 de l’écart entre premier et dernier), j’ai trouvé cette idée sur le blog d’un joggeur en préparant Spa-Olne. Je trouve le concept intéressant, tout du moins tant que je suis dans les trois premiers intervalles.

 

 

 

  Capture graphe

 

 

Ci-dessous, mes différents temps intermédiaires :

 

Nat

Trans 1

Velo + Trans 2

Càp

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pos

Temps

Pos

Temps

Pos

Temps

Pos

Temps

Pos

Temps

56

00:12'50"

62

00:00'48"

10

00:33'41"

34

00:21'45"

01:09'05"868

+00:08'39"745

 

Mon moins bon classement est 62ème lors de la première transition, ca se travaille sans trop de difficulté mais sans trop de gain en terme de temps. Ensuite 56ème en natation, là il va falloir bosser et je pense que je vais devoir me faire aider, plus de vidéos sur you tube et surtout quelqu’un pour corriger ma technique. En CAP, c’est pas trop mal, d’autant plus que c’est sans forcer, je pense reprendre l’entraînement fin de semaine. En vélo finalement c’est pas mal du tout avec un top 10.

 

Pour une première de la part des organisateurs, c’est une belle réussite, super ambiance et super organisation. Merci à eux

 

Repost 0
Published by moutmanns - dans Triathlon
commenter cet article
13 avril 2014 7 13 /04 /avril /2014 18:25

C’est suite à ma participation à l’elchertoise (trail de 25km à Nobressart) que j’ai épluché le calendrier des trails.

J’y ai découvert Spa-Olne ou la version plus courte Theux-Olne. J’ai hésité entre le 17 km qui était un peu court et le 31 km, lui un peu trop long… Pour finir c’est la traversée du bois du stanneux qui m’a fait pencher pour le 31 km, ce qui officialisera un nouveau record de CAP.

 7spa-olne-5.jpg

Une fois, n’est pas coutume, je délaisse mon vélo un dimanche matin, c’est assez rare que pour être signalé. Cécile me conduit 20140413_105929.jpgà Olne pour prendre mon dossard et saluer Benny qui lui prendra le bus jusque Theux, elle me conduira même à Spa m’évitant ainsi de me refroidir dans le bus. Le départ à lieu aux parcs des 7 heures où se tient également une brocante. C’est assez bizarre de voir ces « deux mondes » cohabiter. Cette double organisation nous fera monter une petite côte supplémentaire pour éviter la traversée du parc, mais ca va également inverser le sens du départ… de la queue du peloton, je passe en tête et comme on débute par une corniche étroite, il vaut mieux être devant.

Ensuite on redescend vers le parc, où l’on est encouragé par les brocanteurs, un peu surpris de voir passer un troupeau de joggeurs. On passe au pied d’Annette et Lubin, heureusement on ne l’escalade pas…

Je m’attendais à voir passer quelques avions ayant été surpris pas l’inversion du peloton, mais ils ne sont pas si nombreux, tout au plus 3 ou 4 dont un triathlète rencontré la semaine passée lors de la manche d’ouverture challenge. Ca ne me met même pas la puce à l’oreille qu’en fait moi aussi je suis parti comme un avion, certes pas un F16 mais je suis bel et bien en surrégime. On ne me changera… Je partirai toujours (trop) vite en espérant tenir le rythme.

Point de vue météo, il fait frais +- 10°C et nuageux, on frôlera l’averse mais à l’inverse on terminera avec l’une ou l’autre petite éclaircie.

 

On quitte Spa par un petit chemin parallèle à l’avenus Reine Astrid… J’ai une petite pensée pour mon ancien cadre Wilier brisé non loin de là…

Ensuite on traverse la clémentine pour poursuivre sur un long faux plat, je suis à nouveau dépassé par deux concurrents trop rapide pour moi. On attaque ensuite la première descente vers l’étang de Chawion, je décide de lâcher les chevaux dans la descente et de profiter de la gravité pour faire quelques pointes à presque 20km/h… Et dire que c’est l’allure des pro… sur le plat et durant 2 heures. On arrive dans la partie du parcours que je me réjouissais de revoir. On monte en direction du chêne de la vierge, lieu de mémorable bbq, notamment pour fêter la fin de mes humanités. C’est la première grosse difficulté dans laquelle la foulée se raccourcit très nettement.

Au sommet, on traverse la large voie, itinéraire souvent emprunté lorsque j’étais gamin pour faire Theux – Polleur. Ensuite, on descend vers la route du congrès de Polleur, d’abords dans le bois d’où l’on a une fabuleuse vue sur le château de Franchimont, puis sur l’asphalte. On arrive sur l’arrière du parc de St-Roch, précisément là où j’ai fait mes humanités, qué souvenir, mais pas le temps de se disperser au monte au château par une toute petite corniche, m’obligeant à marcher quelques pas pour éviter le précipice sur la droite, ensuite on rejoint le chemin un peu plus large nous amenant au pied du pont levis. Ici aussi pas mal de souvenirs de Franche foire… Plutôt que de descendre directement sur marché, on fait une boucle vers Sassor avant de redescendre vers l’entrée de St-Roch. Ensuite on emprunte le chemin que je faisais quotidiennement pour revenir de l’école…Par derrière Theux.

C’est là que je croise ma maman venue m’encourager, elle devait être dans le centre de Theux, mais comme on est parti avec 15 minutes de retard elle a remonté le parcours à ma rencontre. Elle m’annonce que je suis 12ème … c’est inespéré. Vu ma bonne position au départ et au peu de monde m’ayant doublé,  je me doutais que j’étais pas trop mal classé mais je ne pensais pas être si proche du top 10. De toute manière cà ne va pas durer… Dès la traversée de Theux je suis doublé par un gars et comme à Nobressart, pas moyen de suivre sur le plat, il court + vite que ma vitesse de croisière, du coup je laisse filer. Bien que ca me fasse ch…, non pas d’être doublé mais que ca soit à cette endroit là, dans le centre de Theux…

On quitte Theux par le petit chemin le long de la Hoëgne, de mémoire celui qui même au trou des sottets. Puis on bifurque à gauche à travers champs pour prendre la direction de Banneux. On va se taper le dénivelé du mont Theux (je peux pas m’empêcher de faire des références au vélo), mais tout en douceur par un interminable faux plat. Au sommet, on sort sur la national entre Louveigné et Pepinster. Je songe à aller faire le plein d’eau bénité comme lors de mes sorties d’entraînement vélo… Mais là, on frôle le dopage, je poursuis donc ma route. C’est la moins belle partie du circuit, on court le long de la nationale, rien d’excitant… Juste avant de tourner à droite pour redescendre vers la vallée de la Vesdre, je suis rattrapé et déposé par un groupe de 4 dont Bernard M. qui fut jadis un de mes animateurs scout que j’avais reconnu et salué au départ. On échange un mot d’encouragement puis je le laisse filler car  toujours pas moyen d’aller plus vite sur le plat. Il va falloir programmer des séances de fractionné pour que j’arrive à augmenter l’allure sur le plat.  Mais comme il n’y a quasiment plus que des descentes et des montées, je garderai les 2 moins forts de ce groupe en contact visuel quasiment jusqu’à l’arrivée.

Grâce au vélo et surtout à openrunner, je connais la topographie du final, je descend à « tombeaux ouverts » vers goffontaine en passant par trasenster, j’y étais justement passé avant ma dernière sortie avec le GCV. En bas, j’afonne deux, trois gobelets d’eau, mon camelback est presque vide. Je prends une poignée de raisin sec et je poursuis le parcours. On traverse la route de la vallée que j’ai parcourue des centaines de fois en vélo et on se tape un petit raidard asphalté juste en face. Je suis en compagnie d’un des 4 gars m’ayant rattrapé à Banneux. Je décide de tenter de marcher quelques pas, non pas que je suis cuit (c’est pour bientôt) mais je veux voir l’écart de vitesse par rapport au gars qui m’accompagne. Je comprend tout de suite que le petit pas de montée en course est bien plus rapide que la marche, au bout de 3 pas je me remets à courir. On redescend un peu, c’est l’occasion pour moi de rattraper mon prédécesseur avec lequel j’aurai effectué une bonne partie du parcours.

On attaque ensemble l’ascension de la croix Maga… Au bout de 25 km, ca va faire mal. Il commence devant, puis c’est à son tour de marcher un peu, je le dépasse. Il m’encourage à aller chercher le « flamand » devant. Mais je suis à fond… Il y arrivera d’ailleurs, ces quelques pas de marche l’on retapé. Quant à moi, je reviens quasiment à sa hauteur au sommet de la bosse mais je sens aussi que cette fois je suis cuit. Impossible de reprendre la même allure au sommet, pire je n’arrive plus à descendre aussi vite qu’au début, je suis obligé de passer en mode récup dans la dernière descente. Qu’importe je passe en mode survie, il faut finir. On traverse la route de soiron sur laquelle j’aperçois un panneau Olne, quel bonheur, j’y suis presque. Mais dans ce presque, il y a un dernier raidard suivi d’un faut plat nous ramenant au Hall omnisport. Je me ferais doubler une dernière fois dans cet ultime faux plat.

 

Au final, je termine 18ème en 2h28, l’un et l’autre était inespéré… le classement m’importe peu mais moins de 2h30, je ne l’avais même pas imaginé possible.

Je suis accueilli à l’arrivée par Benny qui lui était sur Theux-Olne.

SpaTheux-Olne.PNG


Par contre je mettrai plusieurs jours avant de pouvoir marcher normalement...

Repost 0
Published by moutmanns - dans Course à pied
commenter cet article
12 avril 2014 6 12 /04 /avril /2014 18:13

Ce week-end, en rentrant de Marche vers Pepinster, j ai été arrêté 15 minutes par... le passage de la première étape de l'ardenne challenge à Erezée.

 

Etant à Theux le lendemain, j'en ai profité pour aller encourager les p'tits Mertz à LBL espoirs.

Repost 0
Published by moutmanns - dans Insolite
commenter cet article
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 19:51

Ce dimanche, j’épingle enfin mon premier dossard (vélo) à l’occasion de la première manche du challenge Bicyclic. Je repars en effet pour une deuxième année consécutive sur cette très belle organisation.

  

A nouveau dans la catégorie C1 ou le niveau a encore progressé avec l’arrivée de pas mal d’ECW et de quelques quinquas costauds.

Nouveauté cette année, la première manche se déroule comme une course à étape, avec un prologue le matin et une course en circuit l’après midi.

Le CLM étant cours, sinueux et vallonné ; je n’ai pas sorti l’Ordu mais j’ai ressorti mes prolongateurs.

 2014-0566.JPG 2014-0565.JPG

Mon CLM commence mal… je suis monté sur le podium de départ avec tout à gauche… manque d’expérience. Malgré cela, je fais le 9ème temps. Je ne m’attendais pas à faire un top 10.

 

Je craignais un peu la course, la côte de la croix de Charneux est assez raide et je pensais que ça roulerait plus vite. Finalement, je tiens le peloton jusqu’au bout, le classement de la manche est donc fort similaire à celui du CLM.

 

Ci-dessous la vidéo de la course :

 

Désolé pour la mèche de cheveu assez disgracieuse… Il manque le sprint final (plus de batterie) mais de toute façon, j’étais mal placé.

 

 


Félicitations à René pour sa splendide victoire lors de la course.

Repost 0
Published by moutmanns - dans Challenge Bicyclic
commenter cet article